Des statues qui font jaser

Notre école, elle est dynamique et elle est pleine d’endroits qui viennent chercher l’oeil des plus observateurs. D’ailleurs, pas besoin d’être Sherlock Holmes pour remarquer que depuis plus d’une semaine, l’école compte 18 nouveaux élèves. En Espagnol, on peut voir l’un d’entre eux faire comme la plupart d’entre nous dans les périodes de travail, soit “texter”, une paire d’écouteurs siphonés dans les pavillons auditifs. On peut voir un autre assis bien aisément sur le muret de brique de la bibliothèque. Une chance que celui-ci ne peut pas voir son ami, près de l’entrée, qui doit passer un sale quart d’heure, prit de part et d’autre entre une porte de vitre. Par contre, ces arrivants soundains sont très particuliers. Ils sont transparents, et très peu bavard.

“Conscientiser les gens à l’espace qui les entoure”, Tel est le but du projet réalisé par Elaine Grignon, enseignante en arts plastiques.

Armés de centaines de rouleaux de ruban adhésif transparent, de modèles patients et minutieux et d’une idée revendicatrice, ses élèves de l’option d’art plastique en secondaire cinq, ont créé les différentes statues qu’on peut observer partout dans l’école depuis le jeudi, 18 mai.

“(les statues) ont toutes quelque chose à dire ou à faire remarquer (…) pour qu’on soit conscient de l’espace ou pour créer un malaise”  explique Élaine.

Pour la première fois à Armand-Corbeil, on peut observer des installations, c’est à dire des oeuvres qui sont conçues pour un lieu ou adaptées à un endroit spécifique, de ce genre. En effet, chacune d’entre elles sont présentes et créées spécialement pour les corridors de l’école. Peut-être avez vous lu en compagnie de quelques unes, mangé près de d’autres, ou même, -si l’idée de vous faire observer ne vous dérange pas trop- uriné au chevet d’une jolie photographe. L’inspiration pour ce projet naît des oeuvres de Mark Jenkins, qui utilise les places publiques pour chercher l’oeil et présenter l’espace d’une manière nouvelle et intéressante, tout en dénonçant un concept abstrait. On a la chance incroyable de voir le même phénomène se reproduire entre les murs de notre école secondaire, ce qui est plutôt fantastique. Ce qui est le plus impressionnant, selon moi, c’est que ce sont des élèves comme vous et moi qui ont mis au point ce projet, sur lequel ils travaillent depuis près de deux mois. Comme quoi notre école déborde de talents qui n’attendent qu’à être exploités.

J’ai aussi eu l’occasion de participer à l’installation des statues, durant laquelle j’ai pu jaser avec quelques uns des artistes responsables de ces créations. Quelques élèves se sont rassemblés et ont installé à plusieurs endroits inusités ce qui serait l’une des plus grandes réalisations artistiques présentées à l’école Armand-Corbeil. Dans les yeux de chacuns d’entre eux, on pouvait voir de la fierté, de l’honneur et beaucoup de plaisir à enfin présenter le projet sur lequel ils ont travaillé avec acharnement. L’équipe de montage parlait de ce qu’ils ont aimé du projet, soit le montage, la réflexion et le résultat final. Pour elle, c’était un projet qui valait la peine d’être montré, et la fébrilité de voir les résultats finaux était palpable. Si les regards d’étonnement de la part des membres du personnel présents le soir même étaient valorisant, c’est la réaction des élèves le lendemain qui couronnait le projet. Des selfies, des photos des modèles et beaucoup de commentaires ont été portés sur les statues qui mystérieusement s’étaient manifestées dans l’école. Il va sans dire que le projet fut un énorme succès, autant pour les artistes que pour le public.

Si vous avez eu l’occasion de rencontrer l’une des 18 statues transparentes en chemin vers votre examen de français ou en profitant des brèves minutes de pause prévue entre chaque cours, sachez que celles-ci ont une histoire à raconter, des messages à faire passer, des idées à revendiquer. À première vue, l’idée peut paraître éphémère et inutile, mais regardez de plus près et vous saurez découvrir une histoire particulièrement intéressante à tout coup. Peut-être trouverez vous également quelques secrets se trouvant dans les murs de l’école.

Gabrielle Hurteau

Imprimer