«

»

Juil 21

La dissection, une activité théorique!

En 140 caractères:

Vos élèves de 3e secondaire vont faire des dissections pour vivre la démarche d’observation et pour comprendre le rôle des modèles en sciences.

Coeur de porc

Coeur de porc

Un moment marquant

La dissection d’un organe est un moment mémorable dans la vie d’une personne. Il s’agit, à mon avis, de l’activité la plus marquante du cours de science et technologie au secondaire. Demandez à dix adultes de vous relater un moment exaltant de leur cours de sciences et la dissection se retrouvera assurément au top 3. Pour rejoindre les émotions des élèves, il est impératif de prévoir la dissection en troisième secondaire.

Pour faciliter la conceptualisation?

On pourrait croire que c’est parce qu’il pourra enfin comprendre comment le cœur fonctionne que l’élève a si hâte à la dissection. Malheureusement, c’est peu probable que cette activité, qui s’apparente parfois à de la boucherie, mène à une conceptualisation renforcée de l’anatomie et encore moins de la physiologie cardiaque. Le schéma classique sera plus efficace pour présenter la petite ou la grande circulation, le trajet du sang dans les oreillettes et les ventricules, etc. Pourquoi? Parce que les croquis et les schémas sont des modèles qui permettent de simplifier et de comprendre la réalité. Pour vous en convaincre, essayez d’abord de présenter à vos élèves  la circulation du sang à l’intérieur du cœur à partir de la photographie ci-dessus et vous constaterez que le schéma est drôlement plus utile pour arriver à vos fins.

Intentions pédagogiques

Mais alors, pourquoi disséquer? Et que disséquer? La dissection du cœur, de l’œil, d’un organisme entier, d’une boulette de réjection de hiboux, d’une fleur? Quelles sont les intentions pédagogiques de la dissection?

Je pense que c’est avant tout pour faire comprendre comment se construit la science.

Pour saisir comment les scientifiques en arrivent à modéliser un phénomène ou, de manière plus large, une réalité comme la structure d’un organe.

Bref, pour comprendre comment se construisent les sciences: par l’observation.

La démarche d’observation

En amont de la démarche expérimentale, ou en symbiose avec elle, on fait parfois appel à la démarche d’observation pour générer un questionnement ou pour formuler des hypothèses. Selon le PFÉQ, cette démarche se présente comme suit:

Tiré du PFÉQ 2e cycle

Tiré du PFÉQ (2e cycle)

Claude Bernard, OHERIC et l’histoire des sciences expérimentales

Je suggère que l’activité de la dissection du cœur en 3e secondaire s’insère dans une perspective historique des sciences expérimentales. On peut le faire en imaginant le contexte historique: André Vésale (1543), premier véritable anatomiste ou Claude Bernard (1848), père de la médecine expérimentale.

Toile de Claude Bernard (1889)

Toile présentant Claude Bernard en action

Claude Bernard est d’ailleurs à l’origine de la démarche expérimentale hypothético-déductive, nommée plus récemment OHERIC initialement pour dénoncer une vision figée des pratiques pédagogiques. Notons que l’observation est ici à l’origine de la démarche.

Disséquer avant l’enseignement du schéma classique

Je suggère également que la dissection du cœur précède l’étude des schémas classiques présentant la circulation du sang dans le cœur. Autrement dit, on disséquerait le cœur dans une démarche exploratoire d’observation. Habituellement, on fait disséquer le cœur et on demande aux élèves de repérer des structures anatomiques qu’il a étudiées dans son manuel les cours précédents.

Franck Netters, un artiste de l’anatomie médicale.

On pourrait aussi présenter Franck Netters, un médecin doté d’un sens de l’observation remarquable, ainsi que d’un talent indiscutable pour l’impressionnisme scientifique. Ce médecin-artiste a dessiné près de 4000 planches anatomiques avec un réalisme surprenant, dont cette planche du coeur.

Le coeur - par Franck Netters

Vos élèves pourront facilement situer le dessin de Netters entre le schéma classique de leur manuel et le vrai coeur à disséquer. Ils reconnaîtront aisément que l’image de Netters est précieuse pour les étudiants en médecine qui doivent reconnaître les structures cardiaques puisqu’elle clarifie mieux leur position qu’une photographie.

La fonction de la dissection en science: répondre à une question

La dissection, en temps normal, est pratiquée par des pathologistes sur des humains ou par des biologistes sur des animaux pour répondre à une question. Est-ce que cette personne est décédée d’un infarctus du myocarde? Est-ce que ce porc est atteint d’encéphalomyocardite? Il serait important de rappeler aux élèves que la dissection n’est pas une activité déconnectée de la démarche d’investigation scientifique. Elle est, au contraire, une intervention puissante, mais destructrice, pour poursuivre une enquête scientifique beaucoup plus large.

Évaluation de la dissection

Maintenant que vous avez lu mon plaidoyer en faveur d’une contextualisation élargie de la dissection, je vous laisse sur des questions: quelle(s) compétence(s) pensez-vous que vos élèves développe(nt) lorsqu’ils dissèquent? CD1, 2 et/ou 3? Comment allez-vous évaluer la séance de dissection? Pourquoi? Selon quel(s) critères d’évaluation? Est-ce que ce sera une note pratique ou théorique?

Laisser un commentaire