Déc 16

Sous la moquette.

Je me lave les dents. en crachant, j’entends des bruits dans le salon, alors je me dis que le chat a encore brisé quelque chose. Quand j’entre dans ma chambre, je vois mon chat essayer d’ouvrir la fenêtre.

Alors je me demande qui est dans mon salon. Je prends ma chaise comme arme et je cours. PAF! C’est le bruit de ma tête quand elle tombe par terre, je m’enfarge dans une bosse sous la moquette. La bosse grandit en forme de silhouette,  je reprends ma chaise et je donne un grand coup de chaise sur la bosse et la bosse disparaît.

Le lendemain matin, je cuisine quand j’entends un grand fracas,  je cours vers le salon et quand j’arrive, je vois tous mes meubles par terres avec mon chat coincé sous mon divan. Je soulève mon divan pour que mon chat soit dépris et Je vérifie que mon chat n’est pas blessé, une chance il n’est pas blessé, je continue ma journée comme si rien ne s’était passé.

Deux semaines passent, cela recommence. Je viens de m’habiller quand j’entends des bruits dans le salon. Je panique, après  30 secondes je prends une chaise, je sors de ma chambre, je marche vers le salon, quand j’arrive dans le salon, je vois la bosse qui devient une silhouette, je lui donne un coup  de chaise  et il disparaît pas. Je me fatigue et je prends un couteau, Je coupe la moquette et je regarde.

Je me réveille, 3 jours plus tard…

Déc 16

LE BATEAU

Depuis qu’un mystérieux capitaine est arrivé en ville, on ne sait pas comment, chaque lundi soir, un bateau apparaît dans la brume. Un lundi soir, une personne a vu le capitaine Tory sur le bord de l’eau, avec une mystérieuse lanterne qu’il balança trois fois et une goélette apparue lentement. La personne fut très étonnée alors, elle alla avertir les autorités du port. Quand ils sont revenus, le capitaine Tory avait disparu et la bateau aussi. Depuis la disparition du capitaine Tory, chaque lundi soir, un bateau apparaît au-dessous de de la ville. Une personne nommée William, intriguée, fit des recherches sur le capitaine Tory. Après des années de recherche William découvrit que le capitaine Tory était son grand-père.

Déc 16

Le fantôme

Son coeur battait fort, il était certain d’avoir vu  le bouton de la porte tourner.Le pauvre vieil homme subissait ça à chaque jour. Si ce n’était pas des boutons de porte qui tournaient, il s’agissait de drôles de bruits, et même parfois, des voix. Il se répétait qu’il était fou, que c’était son imagination, mais depuis qu’il avait découvert la porte, plus rien n’était pareil. La fameuse était  porte dans sa cave.

Il l’avait découvert il y avait peu de temps, lorsque qu’il faisait du ménage. À chaque fois qu’il descendait, le bouton tournait, mais peu à peu,le vieil homme disparaissait de la réalité… Personne ne le visitait , personne ne le regardait, il était seul et abandonné.

Un jour, alors qu’il regardait un album de famille, la porte s’ouvrit. Ça faisait longtemps qu’il n’avait pas reçu personne chez lui. Les gens qui entrèrent étaient de purs inconnus. Elles avaient des boîtes dans leurs mains et un camions contenant des meubles était stationné dans l’entrée.

Il eut beau crier, personne ne lui répondit. Le vieil homme resta durant une minute figé sur place, avant de comprendre.

Déc 15

Dans la tête d’Alphonse.

Il était une fois un homme d’un certain âge qui s’appelait Alphonse. Il y a deux ans Alphonse a eu un traumatisme crânien. deux semaines après son accident, il commença à voir des choses bouger toute seules.

La première fois, par exemple, il se leva et voulu se faire un café, mais la cafetière était au plafond. Il hurla de tous ses poumons. Tellement fort que la police arriva et inspecta toute la maison sans rien voir d’anormal, sauf la cafetière qu’ils descendirent.

Alphonse alla voir un psychologue. Alphonse lui expliqua ce qui se passait chez lui.

-Cela est très étrange, venez me voir si cela se reproduit. lui dit le psychologue.

Deux semaines passèrent et cela recommença.

Cette fois ci Alphonse regardait la télé quand il vit son chat s’envoler. Alphonse avait très peur, mais une vie était en jeu alors il se leva et attrapa son chat qui miaulais a  fendre l’âme.

Après un an, le psychologue décida de l’envoyer dans un asile de fous. Alphonse hocha la tête. Il pensait qu’en changeant d’endroit, les choses arrêteraient de bouger.

Il déménagea donc à l’asile de fous. Il rentra dans sa chambre et vit son lit voler dans les airs. Il hurla et tomba dans les pomme, mais ne se réveilla pas.

Encore aujourd’hui on se demande si c’était seulement dans sa tête.

 

Déc 14

En cet étrange mois d’août

« Mais qu’est-ce qu’elle fabrique ? » pensait Timothy, poirautant depuis on ne sait combien de temps.

Heidi sortit en trombe de la salle de bain, tout sourire. Ses cheveux, coiffés à la perfection, étaient noués en une interminable tresse châtaine. On pouvait remarquer son subtil mascara si on observait bien.

-Bon! Y’était temps! s’exclama Timothy. Pis, en passant, à huit ans, t’es pas supposée mettre du maquillage-Shhhhh! fit sa sœur, portant son index à ses lèvres. Maman n’est pas au courant !

Le garçon roula les yeux, puis partit, Heidi sur ses talons. Ils se dirigèrent vers le lac, tout près de la forêt. Heidi n’aimait pas se montrer en maillot de bain, c’est pour cette raison qu’elle avait enfilé une légère robe fleurie par dessus. En revanche, si peu de gens résidaient dans la région qu’il était inutile de faire attention à son apparence. Ce ne serait certainement pas les tamias qui se moqueraient des complexes de la jeune fille.

Arrivés à destination, un frisson parcouru le dos des enfants. Ce lac faisait froid dans le dos, avec son teint gris et ses innombrables sangsues. Jamais personne ne venait se promener dans les environs. Pourtant, rien d’anormal ne s’y était produit…

Le vent glacial était assez inhabituel, pour ce  mois d’août. Une ambiance inquiétante flottait dans l’air, pensa le garçon.

-Auuu… aucune rai-raison d’s’inquiéter, bafouilla Heidi, comme si elle avait lu dans ses pensées.

-Han? Quoi? Ben non… ben non! Pantoute!

Les deux enfants examinèrent le lac. Puis, en l’espace d’une demi-fraction de seconde, la jeune fille cru apercevoir une chose bouger. Elle avala et ravala sa salive, plissa les yeux, se les frotta… puis plus rien. Qu’était-ce? Une algue? Un poisson? Une… sangsue géante? Nah, ce doit être le simple fruit de son imagination.

-Plok!

Heidi sursauta. Timothy avait lancé une roche… Pas de quoi paniquer. 😉

Il recommença :

-Plok! fit le second caillou.

Mhhhhh… pas assez loin!

Il le lança de toute ses forces, mais le troisième caillou revint en ricochant.

-PLOK! … plok plok plok.

Alors que sa sœur écarquillait les yeux, Timothy fronçait les sourcils. La fillette reprit le caillou et le relanca.

Il revint en ricochant, encore.

Heidi se pinça très, très fort. Mais cela ne servait à rien… L’affaire du caillou était fâcheusement bien réelle.

Cette fois ci, c’est Timothy qui cru voir un machin bouger dans les flots. C’était le chaos.

-Tim! Grouille-toi!

-BAM!

Une bête affreuse sortit de nulle part dans un grand fracas. Les deux enfants hurlèrent à tue-tête, effrayés. La créature, une gargouille hideuse, s’approchait des gamins. Apeurés, les enfants reculèrent. La gargouille se faisait menaçante, elle se léchait les babines.

Rongé par sa peur, Timothy se lança :

-C’est, c’est toi qui a fait ricocher le caillou?

La créature s’étonna.

Un ange passa.

Puis, un autre. Et…

-Non, fit la bête, en secouant vigoureusement la tête.

Elle s’envola, puis replongea dans le lac, laissant les deux enfants abasourdis, au cœur de la nuit.

 

 

Déc 14

Drôles d’événements !!!

Moi, c’est Marianna, il y a une semaine, il y avait une bosse bizarre sous la moquette, mais ce n’était que mon frère Pablo qui jouait avec son auto téléguidée. Aujourd’hui, ces drôles d’événements recommencent ; j’ai trouvé un poisson qui gigotait encore, sous mon lit. Puis un autre et encore un autre ! C’est comme ça à chaque heure! Ça commence à devenir bizarre,  très bizarre.

Vers l’heure du souper de l’eau s’est mise à couler de l’armoire derrière mon lit, je l’ai ouverte, et je me suis fait mordre par un requin. Eh oui ! un requin ! J’ai aussi remarqué un trou au fond de mon armoire, je vois par ce une jolie forêt qui semble enchantée, il y a même une harpe qui joue toute seule! Je m’approche, mais…  » Marianna, on mange!  » Pourquoi ma mère m’appelle lorsque ça devient plus intéressant? Bof au moins on mange des tacos, mon repas préféré. En mangeant le repas, j’ignore mes parents parce que je n’ai pas envie de manger tout de suite. Mais, ce que j’ignore c’est que c’est mon dernier souper avec eux.

Après le souper, je vais me coucher, je dors paisiblement lorsqu’une lumière étrange me réveille. Cette lumière est d’un joli rouge clair, je m’approche de la source de cette lumière et vois un monstre de poussière. Je chuchote :C’est donc vrai, c’est absolument vrai! C,est Poucieratou, le monstre de la forêt enchantée, mais comment est-il arrivé ici et que fait-il ici?Ah oui! c’est le monstre de la forêt enchantée qui, je crois est derrière  mon armoire. Ce monstre est dans la chambre de mes parents. Soudain, on entend un hurlement, mon frère vient pour les sauver, mais il est trop tard.

Déc 14

La harpe de la rivière

David, un homme qui faisait du camping de survie avec sa famille,  alla chercher une rivière  pour avoir de l’eau.Mais il trouva enfin une rivière, il entendit une douce mélodie.  C’est donc vrai, pensa-t-il, c’est absolument vrai.

Quand il revint au camping sans l’eau,  sa femme lui demanda  pourquoi et il lui répondit qu’il n’avait pas trouvé de rivière. Mais le jour suivant, David retourna à la rivière sans le dire à sa femme  et il entendit de nouveau la mélodie. Cette fois c’était comme si on lui demandait de se faire une petite lacération sur le bras et de verser le sang dans l’eau. Après, il revint à sa tente et prit un couteau et retourna à la rivière. Il fit ce qu’on lui avait demandé, il prit le couteau  et se fit une petite lacération sur le bras, fit couler le sang dans la rivière et retourna à sa tente.

Quand il arriva,  sa femme voyant sa blessure, lui demanda comment c’était arrivé et il  lui mentit en disant qu’il était tombé sur une roche coupante. Durant la journée qui suivit,  il retourna à la rivière et entendit de nouveau la mélodie. Par contre, cette fois,  des paroles qui lui demandait d’agrandir sa blessure et de verser le sang dans la rivière. Aussitôt dit aussitôt fait, David prit le  couteau et agrandit sa blessure et fit verser son sang. Quand il revient sa femme lui demanda ce qu’il lui était arrivé et il lui dit un autre mensonge.

Alors chaque jour qui suivit, David alla à la rivière et quand il revenait, sa blessure s’était agrandit et quand sa femme lui demandait comment s’était arrivé, David lui mentait. Alors, quand elle commença à trouver ça louche, elle se décida à suivre David en secret, tandis qu’il se rendait  à la rivière et quand il fut arrivé, elle se cacha derrière un arbre et l’espionna, elle entendit la mélodie et comprit qu’elle envoûtait David et elle la vit, la harpe de la rivière.Elle retourne à la tente se chercher un couteau….

Déc 12

Les 12 coups de minuit

Un jour, dans un cours de français la professeure a donné un devoir à faire la classe. Le devoir était de lire un livre. Mme Beauregard dit que le devoir était à remettre pour le lendemain. À la fin du cours Mme Beauregard prit seule Laurie, elle lui dit : « Le devoir est à remettre pour demain, mais ce serait mieux que tu le fasse avant minuit parce que sinon (tu pourrais disparaître , comme ton frère ou bien, il pourrais lui arriver malheur, comme ta meilleure amie et ta sœur.) »

 

En arrivant à la maison, Laurie fit ses devoirs, elle étudia, écrivit, fit des mathématiques. À 6 heures sa mère lui dit :  » Vient Laurie c’est l’heure du souper ». Durant le souper elle explique à sa le devoir à faire, mais Laurie ne lui dit pas ce qui pourrait lui arriver si elle ne finit pas son devoir avant minuit. Quand elle finit de souper elle monta dans sa chambre alluma sa lampe et s’installa dans son lit, elle se mit à lire, elle lut puis lut encore et relut encore et quand elle regarda l’horloge elle vit qu’il était dix heures Laurie se dépêcha de lire puisqu’il ne lui restait que deux heures pour finir son histoire. Une grande heure passa et elle continua de lire. Elle leva les yeux et vit qu’il restait juste 15 petites minutes. Elle cria :  » Je vais y arriver, je vais y arriver ». Le temps défila et elle entendit les 12 coups de minuit sonner, au douzième coup, plus aucun son.

Elle l’avait prévenue, maintenant c’était trop tard.

 

Déc 12

Mes objectifs

Aujourd’hui, je suis en 6e année, je termine donc mon primaire et mes objectifs pour m’aider a y arriver sont : moins parler quand ce n’est pas le temps parce que je travaille moins et je dérange les autres. Mon moyen sera de changer de place pendant les ateliers et l’écriture.
Mon 2e objectif sera d’avoir moins de fautes dans mes dictées. Mon moyen sera de plus étudier mes mots.
Mon 3e objectif est de plus lire mon Voyages. Mon moyen pour y arriver sera de l’écrire dans mon carnet scolaire.

Déc 12

Capitaine Tory

Un matin, le capitaine Tory lisait son journal et il lut une légende sur goélette

Ça disait qu’elle était au port juste à côté de chez lui. Le journal disait aussi qu’il fallait balancer la lanterne trois fois, et qu’une personne avait déjà été blessée à cause de la goélette. Il était intéressé, alors le capitaine Tory alla essayer mais ça ne marcha pas. Alors, le capitaine alla se coucher en regardant le journal. Le lendemain matin, il relisait le journal et ça l »intriguait toujours. Il demanda à son enfant s’il voulait venir avec lui ce soir-là. Le capitaine était impatient, alors il alla se coucher pour passer le temps. Il était neuf heures du soir, et son enfant vint le réveiller. Ils allèrent au port, il balança sa lanterne trois fois et la goélette apparut lentement.

Articles plus anciens «

« Articles plus récents