Le peintre aux yeux de verre – Partie 3 : Les malheurs d’une enfant

Crédit image: Mohamed Adam Kamal

Partie 3 : Les malheurs d’une enfant

Sous les décombres, le corps du jeune homme fut secoué de tremblements. Cornelius s’éveilla. Pourquoi avait-il survécu ? Lui-même l’ignorait. Il avait tout perdu. Les trois choses les plus chères à ses yeux. Son père, sa mère et le seul et unique héritage de ces derniers : ses étranges prunelles. Il ne voyait plus. Quelle était la cause de sa cécité ? Les flammes ? Les débris ? Les larmes ? Ça aussi, il l’ignorait.

Ce jour-là, encore, le vieil homme se remémorait ces événements tragiques. Cette terrible cicatrice, cette douleur refoulée, transparaissait dans ses œuvres. Comme à chaque fois qu’il y songeait,  le vieux Cornelius remercia le ciel de lui avoir fait don de ce pouvoir unique. Il réalisait ses peintures sans aucune aide : pas même celle de ses yeux ! On lui demanda bien souvent : « Comment faites-vous cela ? Comment est-ce possible ? ». Chaque fois, il répondait « Je vois plus de choses à travers mon cœur que ce que dix d’entre vous verraient de leurs yeux ! »

C’était un matin comme les autres. Finissant sa promenade, Cornelius décida de rentrer chez lui. Arrivé à l’orée de la forêt, il sentit une présence à ses côtés : une petite fille. Il marcha encore un peu et constata qu’elle le suivait. Il lui fit face et lui demanda :

— Qu’y a-t-il mon enfant ?

— Pourquoi pleuriez-vous monsieur ?

— Ce n’est rien ma petite… je ne fais que ressasser quelques souvenir d’il y a très longtemps.

Il posa délicatement sa main sur la frêle épaule de la fillette. L’instant suivant, les larmes s’étaient remises à couler.

— Que t’est-il arrivé ma pauvre…

— C’est rien monsieur. Je joue à un jeu avec mes amis. Au début, ils avaient un peu peur de moi, mais après, ils m’ont laissé jouer avec eux.

— À quel jeu… avez-vous joué ? demanda-t-il la gorge serrée.

— Aux chasseurs de démons ! Il fallait prendre un bâton et chercher le démon dans la forêt. Lui, il devait se cacher pour pas se faire attraper.

Cornelius s’arrêta brusquement. Il songea : « Pas ça ! C’est impossible…».

— Ça va bien monsieur ?

Il réussit à articuler :

— Dans votre jeu… qui était le démon ?

— C’était moi. Parce que je fais peur… tout le monde dit que je suis très forte pour faire le démon !

— Mais pourquoi les laisses-tu te faire du mal !

La petite tomba à la renverse. Fixant le vieil homme, elle joignit ses genoux et y fourra sa tête pendant que des larmes perlaient sur ses joues roses.

Mohamed Adam Kamal

Imprimer
(Visited 23 times, 1 visits today)

À propos de l'auteur(e)

2 thoughts on “Le peintre aux yeux de verre – Partie 3 : Les malheurs d’une enfant

Comments are closed.

css.php