Mohamed Adam Kamal

« Voici ma première tentative d’écriture en langage populaire… et c’est franchement plus difficile que ça en a l’air ! À l’origine, je ne parle pas de cette manière (en plus d’être un fervent défenseur du «parfait» franco-français), et c’est d’autant plus compliqué d’assembler des rimes en jouant ce rôle de « paysan-semi-riche-et-homme-lambda »… Malgré tout, j’espère que le texte vous plaira ! »

Monsieur James Largent et Phill Ograndcoeur sont en voyage d’une semaine dans un hôtel en Haïti. Après un grand repas, les touristes sont invités à jouer à la chaise musicale avec les habitants. Comme c’est beau ! Un jeu où, l’espace de quelques minutes, tous sont au même niveau… ou presque.

« C’est simple : prends la chaise d’un autre, et tu gagnes ! »

J’aime pas trop ce jeu…
Regarde donc l’pauvre homme là-bas, celui en pagne :
Ça fait un an qu’y attend que l’gros bouge un peu sa montagne… !
T’vois pas l’enjeu ?

« On manque pas tant d’espace ! Pourquoi il s’assoit pas ici ?… »

Mais c’est pas une question d’place ! C’est qu’les bons sièges, y sont déjà pris !

« Si c’est que pour s’asseoir, y’a toujours de la paillasse…
C’est pas très classe, j’en conviens… »

C’est déjà trop crasse pour un chien !…

« … Et y’en a qui ont deux chaises, c’est vrai, ils prennent de la place…
Mais y’a pas à se révolter…
Si ces cochons sont à leur aise, ils ont dû le mériter ! »

Ah bon ? J’pense pas que ç’a été très corsé d’pousser les maigrichons à côté…

« Faut dire qu’ils l’ont un peu cherché… Ils ont qu’à se forcer un peu plus ! »

Mais tu t’es vu ? T’arrives à rester d’glace sur un siège chauffant !

« C’est la chaise musicale, l’oublie pas !
Y’en a qui ont d’la chance,
Et d’autre qui tombent sur un banc… »

À l’entrée, y’ont dit qu’chacun aurait sa part.
C’était rien qu’un mensonge… et y’est aussi gros que l’autre porc !

« Il faut bien qu’ils commencent quelque part !
Et s’ils travaillent, ils pourraient finir entourés d’or… »

Ouais, ça j’te l’fais pas dire,
Ils bossent ! Et l’or, y s’en voient partout…
Mais jamais dans leurs poches !
Faut pas s’étonner après, quand y viennent nous maudire…
C’est parce qu’y savent très bien qu’on les cross !

« On essaie quand même de les aider !… »

Bah alors fallait pas s’en mêler !
Maintenant, y font qu’entrevoir la mort à chaque foulée !

« Sans remords, on les conduit au trépas… »

Ben oui ! Pis pendant ce temps, on fait les beaux avec nos paniers repas !

« Ah non ! Tout de même, le buffet était plutôt bon ! »

Bordel, t’as pas vu la file qu’y avait ?! Tu crois que c’était pour les bonbons ?
Tu veux que j’te montre tout c’qui a dans les poubelles, aux cuisines ?
Ils viennent juste piquer des restes dans les chaudrons, et après ils retournent à l’usine !
Pendant ce temps, nous, on est assis là, comme des cons… à se plaindre de « la routine »…

« Tu crois que quelqu’un serait prêt à donner sa place ?
Toi, tu donnerais la tienne«pour le bien d’autrui» comme tu… essaies de le dire ? »

Moi, Monsieur James Largent, je lui laisserai au moins la sienne !
Et si un truc lui revient de droit, je lui rendrai avec joie !

« Même si tu y perds… ? Il y aura personne pour t’aider, pas même moi ! Tu connais le jeu… »

T’inquiète, mon p’tit père, mon grand vieux !
J’ai pas besoin des hommes et de leur « générosité », moi, j’ai la foi.
Dieu m’a donné les règles d’un jeu, et c’est le plus cool d’ici bas !
La paix, l’amour, le combat « contre soi »… J’crois qu’c’est comme ça qu’on l’dit…
Ben, ça, c’est l’jeu d’la « Vie » ! Et j’te dis qu’on est dans ‘a merde !
Parce que, si tu l’connais toi aussi…
Tu sais qu’on est pas mal tous en train d’perdre !

Imprimer

(Visited 47 times, 1 visits today)

css.php