Les coups de foudre, ça existe?

Par Cassandra Verge

Les coups de foudre, ça existe?

Est-ce que l’un de vous s’est déjà demandé ce qu’est un coup de foudre? Je ne peux pas  vraiment vous l’expliquer mais je suis une des  victimes de cet incident du hasard. Mes parents se sont rencontrés le 9 mai 1997 dans une maison d’édition de Laval. C’était un vendredi et ma mère travaillait chez St-Hubert comme serveuse le midi et le soir.  Elle devait aller chercher un livre de cours qu’elle avait commandé par cette maison d’édition mais tardait à y aller par pure paresse.  Mon père travaillait à cet endroit. Il suffisait  d’une seconde pour que ces deux personnes ne se rencontrent jamais.

Leur histoire

Ce midi-là, Angélique Goupil est entrée dans la maison d’édition afin d’aller chercher le livre requis pour son cours de comptabilité. Il faut aussi savoir qu’elle avait déjà travaillé à cet endroit l’été précédent.  Arrivée à l’entreprise, la jeune étudiante se rendit au comptoir pour récupérer ses bouquins.  Comme la réception était anormalement vide, elle alla vers le fond de la salle et tomba sur un beau jeune homme, qui lui offrit son aide, qu’elle refusa, partit rapidement. Angélique voulant dire bonjour à ses anciennes collègues, se rendit dans l’entrepôt où elle retrouva encore le beau spécimen en question. Il était celui qui deviendra, plus tard, mon père.  Dans l’entrepôt, Angélique rencontra une ancienne collègue qui lui fit entrer en contact avec Daniel.  Cette dernière dût partir et laissa les deux futurs amoureux discuter ensemble plusieurs minutes.  Daniel Verge, mon géniteur, grand timide, ne pense même pas à appeler ma mère ou d’aller la voir chez St-Hubert.  Elle fut dans l’obligation de faire les pas et de demander à une collègue de lui demander son intérêt. Suite à quelques échanges, les deux adultes conviennent d’un premier rendez-vous, une semaine plus tard.  C’est ce qui, pour moi, est un coup de foudre, un vrai coup du destin, c’est exactement ça. Une rencontre que l’on n’oubliera jamais.

Leurs accomplissements

Ma mère tomba enceinte alors qu’elle était encore aux études. Elle a écrit son examen des comptables agréés enceinte.  Le 11 février 2000, leur premier enfant, nommé Antoine, naît durant une grosse tempête de neige. Il était un vrai petit garnement plein de vie qui aimait tester les limites. Peu de temps après, maman retombe enceinte. C’est le 8 mars 2002 que je décide de pointer le bout de mon nez. Je suis un bébé assez différent de mon frère. Lui et moi sommes presque des opposés. Il est bruyant et turbulent alors que je suis silencieuse et calme. La vie est routinière et ordonnée lorsque maman nous annonce qu’elle est de nouveau enceinte et demande à mon frère et moi quel sexe de bébé nous préférerions. Comme j’avais seulement 5 ans, l’idée d’avoir une sœur me remplissait de joie. Une poupée vivante rien que pour moi! Antoine voulait aussi une fille car, du haut de ses sept ans, il a répondu:

« Elle va être tellement mignonne. »

La surprise était très grande car mon père était opéré pour ne plus avoir d’enfant. Seulement, nous souhaitions ardemment ce bébé. Voilà comment nous sommes passé de deux à trois enfants grâce au destin, le même qui a réuni mes parents, je suppose.

Voilà presque 21 ans que mes parents sont tombés amoureux, comme quoi, les coups de foudre existent.

Imprimer

(Visited 177 times, 1 visits today)

À propos de l'auteur(e)

css.php