La source numéro 1 des adolescents

De nos jours, les infirmières en milieu scolaire sont de plus en plus présentes et à la portée de nos adolescents, un atout bien important pour les jeunes.

Les étudiants du Québec ont pour la plupart la chance d’avoir une infirmière à leur porte qui peut les écouter, les conseiller et les référer à des spécialistes, et ce, de façon confidentielle dès l’âge de 14 ans. Cela permet aux jeunes de pouvoir se confier par rapport à toutes leurs craintes liées à leur santé sans que leur entourage soit nécessairement au courant.

Une spécialiste pour les jeunes

L’infirmière que nous retrouvons dans une école secondaire, par exemple, est souvent une infirmière de type clinicienne, comme c’est le cas de Stéphanie Bélanger à Terrebonne. L’infirmière clinicienne doit assumer la responsabilité d’un ensemble de soins infirmiers selon les besoins bio-psycho-sociaux d’un groupe de personnes qui lui a été confié, dans ce cas-ci, des adolescents âgés entre 11 ans et 17 ans. Mme Bélanger nous affirme qu’être infirmière dans un milieu scolaire ou être infirmière dans un milieu plus médical comme dans un hôpital, par exemple, est très différent. « Lorsque tu vas à l’hôpital, c’est parce que tu as un problème de santé à guérir. Alors, on te soigne et tu retournes chez toi. Ce n’est pas tout à fait de cette façon que moi, je fonctionne.», nous explique la dame. En travaillant dans une école, Stéphanie fait plus de la prévention. Elle parle principalement de deux sujets : la contraception et les infections transmises sexuellement et par le sang. «Je peux voir une jeune fille qui veut commencer la pilule contraceptive pour régulariser son cycle menstruel ou un étudiant qui veut faire un test de dépistage», nous confie l’infirmière qui a plus de 10 ans d’expérience. À l’école Armand-Corbeil, Stéphanie nous affirme voir plus de 10% des élèves.

Une infirmière multitâches

En plus d’écouter attentivement chaque élève qui entre dans son bureau et de les traiter comme étant ses propres enfants, l’infirmière clinicienne doit aussi former le personnel de l’école sur les bonnes techniques à utiliser en cas d’urgence. Par exemple, elle leur montre comment administrer un Épipen en situation de crise allergique. C’est rarement l’infirmière qui intervient en situation critique, car elle n’est pas présente chaque jour de la semaine. C’est pour cette raison que tous les enseignants et surveillants doivent savoir comment intervenir. L’infirmière a aussi la responsabilité d’animer quelques activités de prévention durant l’année. De son coté, Mme Bélanger affirme voir une grande différence à la suite d’une conférence. Beaucoup plus d’élèves viennent la visiter pour obtenir plus d’informations et quelques conseils.
«Ces présentations ont beaucoup d’impact et c’est ce que nous désirons, malgré que ça me met dans le jus!», rigole cette dernière. L’infirmière en milieu scolaire est et restera un morceau fort et pertinent pour toutes nos questions.
Local: A-132 (Proche de l’administration)
Par Maitée Bernier
Imprimer
(Visited 93 times, 1 visits today)

À propos de l'auteur(e)

css.php