BarCamp – CSDA 2019: Une expérience technologique

Le 25 janvier dernier, j’ai eu la chance d’assister à un événement destiné aux enseignants : le BarCamp de la Commission scolaire des Affluents. Cette rencontre, ayant pour but l’information des technologies en milieu scolaire, m’a permis de rencontrer des personnalités influentes, comme le responsable des communications de la commission scolaire, monsieur Éric Ladouceur ainsi que des enseignants, projets et organismes en lien avec l’usage des technologies en milieu scolaire.

Entrevue avec le responsable des communications de la Commission scolaire des Affluents, monsieur Éric Ladouceur.

Nous sommes arrivés à l’école secondaire Jean-Baptiste-Meilleur peu avant 9 heures. Alors que le kiosque du Journal Armand-Corbeil s’installait, j’ai pu interviewer monsieur Éric Ladouceur. Selon lui, l’usage fréquent des technologies dans le milieu scolaire ne devrait pas pousser les enseignants à abandonner les techniques d’enseignement traditionnelles.

 

« À la commission scolaire, on sait que l’on va vers les technologies. Ça permet l’échange, la motivation, la participation, le travail en équipe… Notre but est la réussite des élèves, et l’emploi des technologies crée de l’intérêt. Utiliser des jeux intéresse les élèves, un peu comme le parascolaire. Ça permet aux élèves de s’accrocher à l’école, déclare-t-il. Ce n’est pas nécessairement aux jeunes de s’adapter à nous, c’est à nous de nous adapter aux jeunes. »

 

Lui et sa jeune stagiaire décrivent que la transition depuis l’avènement des technologies s’est faite avec une rapidité surprenante : surtout avec le partage de l’information, la transmission est beaucoup plus rapide qu’avant. Et il en sera probablement de même pour les générations futures, car les jeunes enfants naissent dans cet environnement technologique. On ne remarque plus le temps que l’on passe sur les écrans tant ils sont intégrés à notre quotidien.

 

«Il y a un juste milieu à faire entre l’usage des technologies et être déconnecté», déclare sa stagiaire. Quand je lui ai demandé si l’utilisation des médias était très présente dans le cadre de son travail, il a affirmé que ce que les technologies ont le plus changé, c’est le contact avec les gens. « On a une base de données pour rejoindre tous les parents, c’est utile. On n’a pas le choix, on s’en va par là », conclut-il.

 

Apple Inc.

Apple Inc. était présent en tant que commanditaire du BarCamp. J’ai pu très brièvement m’entretenir avec un de ses représentants. Malgré qu’ils ne peuvent habituellement pas parler avec les journalistes, j’ai appris que de nouvelles technologies ont été mises au point pour les enseignants : Apple Teacher, en classe et pour les écoles. Ces récentes technologies permettent, par exemple, d’ouvrir un site Internet à l’aide d’une adresse URL, d’ouvrir une application et de bloquer un iPad, et ce, par commande à distance. « On a reçu une invitation par les conseillers pédagogiques des écoles. C’est comme ça qu’on a entendu parler du Barcamp CSDA », nous informe le représentant, Charles Beaulieu. Pour ce qui est des technologies futures destinées aux enseignants, nous ne pouvons pas en savoir plus que prochainement, des nouveautés auxquelles nous n’avons pas encore accès seront disponibles.

Créalab

Par la suite, j’ai assisté à une conférence qui traitait de l’organisme Créalab. Cet organisme, dont les succursales sont situées dans certaines bibliothèques du territoire de Repentigny, met à la disposition des jeunes du matériel technologique récent et ce, gratuitement : on y trouve des imprimantes 3D, des presses chauffantes, des iPad Pro, des fonds verts (greenscreen), matériel et studio de composition de musique et d’enregistrement, table à dessin numérique, studio de captation, matériel pour le montage et la retouche photo et vidéo et plus encore.

Leur but : susciter le goût pour les arts numériques et inciter au développement des compétences informationnelles en favorisant et initiant à l’utilisation des technologies en milieu scolaire.

Leur plus grand défi : le transport des élèves, car si c’est gratuit, le déplacement est nécessaire et non assuré par les écoles, étant donné que Créalab est situé sur le territoire de Repentigny,  Créalab est destiné, en bref, aux jeunes de 12 à 20 ans et aux enseignants. D’ailleurs, certains programmes conçus par cet organisme peuvent être utilisés en classe pour exploiter une matière, comme les devoirs technos. Ceux-ci consistent en travaux scolaires où Créalab est utilisé, que ce soit pour un exposé oral avec un fond vert, la création d’un livre ou l’élaboration d’une fausse nouvelle, les devoirs technos motivent les élèves et leur permettent de se familiariser avec les plus récentes technologies. Ouvert depuis 2017, Créalab est un lieu de vie, de rassemblement.

« Créalab est une métropole de jeunes de tous les horizons, décrète Ismaël Bellil, représentant et conférencier. Les élèves viennent pour utiliser le matériel, faire leurs devoirs ou simplement passer du temps avec leurs amis. »

 

Bref, c’est l’endroit idéal pour passer du temps entre amis, créer, fabriquer ou faire ses devoirs. Créalab est ouvert du mardi au jeudi de 16h à 21h, le vendredi de 9h à 17h et la fin de semaine de 13h à 17h. « Par les ados pour les ados », affirme M. Bellil. Notre plus grand souhait : que Créalab s’installe dans les bibliothèques de Terrebonne afin que nous puissions en profiter comme les écoles secondaires de Repentigny, Jean-Baptiste-Meilleur et Félix-Leclerc.

Seesaw

Après la conférence sur Créalab, j’ai participé à un atelier donné par Isabelle Ducasse, une enseignante de 4e année à l’école primaire La Seigneurie, à Mascouche. Seesaw est une application qui compose un réseautage d’information entre l’enseignant, ses élèves et les parents de ceux-ci. Par exemple, l’enseignant peut publier un travail sur Seesaw, les parents peuvent voir la tâche et la commenter ou déposer un J’aime, et les élèves peuvent voir les commentaires de leurs parents, de leur enseignant et des autres élèves. On peut y déposer un document PDF, des photos, des vidéos, une page de notes, des dessins numériques, des liens URL, des enregistrements audio, etc. C’est une application très utilisée en raison de ses nombreux avantages : Seesaw est facile d’utilisation, implique les parents dans la réussite de leur enfant et permet à l’enseignant de faire des rétroactions et des retours sur les travaux effectués. De plus, on peut avoir jusqu’à dix classes, ce qui permet aux enseignants du secondaire d’en faire un atout.

Mes impressions

J’ai beaucoup apprécié cette journée. C’était avant tout un privilège, car c’est une rencontre destinée aux enseignants où, généralement, les élèves ne sont pas présents. L’organisation du BarCamp était réussie : on avait rassemblé tous les ateliers dans le même couloir pour faciliter les déplacements et nous avons pu profiter d’une salle de presse exclusive au Journal Armand-Corbeil. La présentation des ateliers et conférences se faisait en deux temps : les kiosques et les présentations dans les classes. Les présentations étaient dynamiques, répondaient aux questions et étaient adaptées aux besoins des autres enseignants qui écoutaient la présentation. En résumé, selon moi, le BarCamp CSDA 2019 est une réussite.

 

 

Par Amélia Gélineau

Imprimer
(Visited 177 times, 1 visits today)

css.php