ZOOM sur le compost, un projet pilote

Au cours des derniers mois, le compost a beaucoup fait parler de lui comme étant une alternative pour donner une deuxième vie à nos déchets alimentaires. Au départ, c’était une initiative personnelle et c’est devenu un souhait de société.

Est-ce une mode ou une habitude qui pourra améliorer le monde de demain? Seul l’avenir nous le dira.

Dernièrement, j’ai pu rencontrer la directrice générale de notre école, madame Isabelle Gauthier, pour qu’elle me parle du compost qui va bientôt arriver au sein de notre établissement. Ce fut une entrevue intéressante sur les bienfaits et les inconvénients de cette nouveauté.

Au début de février arriveront les bacs bruns dans les cafétérias Nord et Sud. Un entretien quotidien et une collecte régulière, faite par nos concierges, permettront de gérer les insectes indésirables. C’est pourquoi il n’y aura pas de compost dans les classes.

Si l’intégration du compost dans les deux grandes cafétérias se déroule bien, ce dernier sera également possible dans les autres cafétérias (la salle Raymond-Gagnon, la cafétéria d’art dramatique et celle dans le bloc sportif). Puisque les bacs de compost ne seront pas sélectifs, tout ce que contient votre assiette peut y entrer!

“Les écoles secondaires sont des grands milieux de vie, il faut adapter certaines routines, certaines façons de faire ”, explique Mme Gauthier. En effet, les bacs de compost sont déjà installés dans la plupart des écoles primaires (Mme Gauthier a d’ailleurs implanté les bacs bruns à l’école le Rucher), mais pas beaucoup d’écoles secondaires en possèdent.

C’est la ville qui fournit les bacs et les collectes (comme dans les maisons). Par contre, à l’interne, ce sont les employés, les enseignants et les élèves qui vont gérer les contenants. Le conseil des élèves et le club environnemental vont pouvoir aider à promouvoir le compost dans l’école. De plus, quelques kiosques d’information seront faits afin de s’assurer que cette saine habitude s’installe graduellement et définitivement dans notre quotidien.

Comme n’importe quelle initiative environnementale, il faut que tous mettent la main à la pâte pour que ce projet de donner aux déchets alimentaires une deuxième utilité soit un succès. Il sera de notre devoir d’utiliser intelligemment les bacs bruns pour contribuer au mieux-être de notre école, de notre société, de notre planète.

 

Maya Rioux, qui cherche à améliorer le monde de demain.

Imprimer

(Visited 135 times, 1 visits today)

css.php