Petite réflexion sur la liberté

Depuis peu, je me rends compte que tout est subjectif; des choses les plus futiles jusqu’aux plus importantes, simplement parce que l’être humain traite chaque information selon ses propres expériences, valeurs, idéaux et j’en passe. Effectivement, plusieurs facteurs peuvent affecter la réflexion d’un individu, tels que ses préférences, ses émotions, voire ses traits de caractère. Les meilleurs exemples pour illustrer mon point sont sans doute les mots; malgré leurs sens universels, dont la plupart sont décrits dans un dictionnaire, chacun y apporte sa propre signification. Imaginez le terme maison; quelqu’un pourrait dire que c’est un endroit où l’on vit, tandis qu’une autre personne pourrait décrire ce lieu comme un havre de paix, son chez-soi. Cela s’éloigne quelque peu de la définition initiale, qui se résume à «bâtiment d’habitation»quoique ceci était un terme simple. Le mot maison fait partie du vocabulaire que se doit d’apprendre à bien orthographier un enfant de première année du primaire. Essayons avec quelque chose d’autre; que diriez-vous d’autonomie? Certains l’associeront directement à l’indépendance, l’autosuffisance et la débrouillardise, alors que d’autres la relieront à la connaissance de ses défauts, de ses qualités, de ses limites, bref, à la capacité dimaginer de soi-même un portrait qui soit fidèle. Voici ce qui démontre bien, à mon avis, que tout n’est question que d’interprétation. 

 

Pourtant, lorsqu’il est question de valeurs, il peut s’avérer complexe de communiquer quand deux personnes n’ont pas une vision accordée de ce qu’elle représente. On voit partout autour de nous ce genre de désaccord, que ce soit dans la vie courante ou dans les médias; par exemple, la récente remise en question de ce qu’est la liberté d’expression, son importance et ses limites. Plusieurs autres débats quotidiens sont créés par des interprétations et des visions différentes de valeurs, priorités ou toute autre chose qui puisse représenter un enjeu dans la vie de tous les jours. 

 

 

Je dois avouer avoir réfléchi à quelque chose en particulier; la liberté. Sept lettres, trois syllabes, un mot dont l’orthographe est banale, qui, certes, possède un sens, à mon humble avis, des plus poétiques. Le dictionnaire du Petit Larousse lui a trouvé treize définitions différentes, relatives à l’état d’une personne, aux conditions politiques, à des droits, etc. Pour moi, la liberté est le terme qui exprime le choix de se livrer à soi-même, tout en prenant conscience des risques, mais surtout de la sensation de pouvoir et de responsabilité qu’elle procure; « La liberté commence où l’ignorance finit.», Victor Hugo. 

 

Un de mes professeurs ma un jour enseigné que la liberté d’un individu s’arrêtait où celle des autres pointait le bout de son nez, dans le sens où nous sommes libres de nous déplacer, mais dès que se présente le terrain privé appartenant à quelqu’un, nous n’avons pas le droit de s’y aventurer. Voici un autre exemple; chacun a droit à la vie, donc l’enlever à quelqu’un est un crime. Bien que cette démonstration soit plus radicale, je dirais même sadique, elle est justifiée et défend la même conclusion. Bien sûr, ce n’est pas parce que ça s’avère être véridique que ce soit un résumé fiable et complet.  

 

 

Pourtant, je me surprends à penser que la liberté a un double tranchant; car après toute référence à la liberté vient un moment où l’on doit assumer ses actes et paroles. Comme dirait l’oncle Ben, dans Spiderman; « Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités».  Ici, l’on parle bien évidemment de contrôle de soi, non seulement pour ne pas abuser de nos pouvoirs, mais aussi pour en faire bon usage.  Par exemple, dans un débat, nous sommes libres d’exprimer notre avis, mais il y a certaines normes sociales à respecter, soient la politesse, la courtoisie, l’amabilité et d’autres encore. Voici un phénomène que j’ai affectueusement prénommé la cage sociale… Pourquoi? Simplement parce qu’on rajoute des contraintes morales, donc certaines valeurs à respecter en société, mais ne voyez-vous pas le piège? Qui dit valeur dit interprétationS, le ‘’s’’ étant d’une importance capitale, puisqu’il signifie que plusieurs visions se forgent de leur côté, créant ainsi un bric à brac immense lorsqu’elles se confrontent; ainsi se développent des débats, des clans et tout ce qui s’en suit. 

 

Une des façons les plus efficaces pour se sortir d’affaire serait de piétiner son égo et de tenter de se mettre à la place de l’autre afin de s’imprégner de son point de vue, et de pouvoir mieux reconnaitre les besoins de l’autre, ce qui assurerait un compromis juste et équitable. Pourtant, on croit que faire preuve d’empathie est inutile dans ce genre de conflit, car aux premiers abords, on assume que notre opinion est déjà validée grâce à la liberté de penser; certes, ce n’est guère une justification valable. Voilà pourquoi il faut faire preuve d’ouverture d’esprit, prendre le temps de réellement écouter les arguments de l’autre, ses idées et son interprétation. Ainsi finit par en découler une preuve de liberté d’expression; chacun a pu s’exprimer de manière égale et ils ont bénéficié des mêmes droits.  

 

Nous vivons dans un monde bourré de nombres, de statistiques et ça s’avère pratique, nous nous basons sur eux pour trouver comment rendre notre mode de vie meilleur. Ces temps-ci, on croit pourtant voir notre mode de vie se détériorer, non seulement par les nombreux cas d’infections et de décès, mais surtout par notre liberté qui semble disparaitre. Si l’on tente de représenter à quel point nous sommes libres en ces temps pitoyables, je dirais que notre liberté est réduite et que ça crée certaines tensions dans la société. Oui, je trouve que c’est abominable de se retrouver aussi ‘’coincé’’ dans une période de temps qui semble s’éterniser, et je suis la première à m’en révolter; s’il y a bien une chose que j’apprécie du Québec et du Canada, c’est la liberté que nous possédons!  

 

Cependant, j’ai gardé en tête que la crise que nous traversons est difficile pour tous, et que pour regagner cette liberté, il va falloir se battre, sans relâche, continuer à endurer le port du masque en classe, tenter d’éviter les contacts et investir du sien dans le respect de chaque règle sanitaire… non pas seulement pour retrouver notre liberté, mais aussi pour l’avoir méritée 

 

Par Marianne Lachance

Imprimer

(Visited 179 times, 1 visits today)

2 thoughts on “Petite réflexion sur la liberté

  1. Félicitations ma belle Marianne! Quel beau texte! Suis vraiment impressionnée par ton talent d’écrivaine! Gros bisous

  2. Félicitations Marianne tu as beaucoup de talent pour l’écriture Ce beau texte qui

    porte à réflexion sur un sujet très sérieux la liberté d’EXpression.Bravo tu sais très

    exprimer ce que tu ressens face à ce sujet.

Comments are closed.

css.php