Les tanks lors de la Seconde Guerre mondiale

Lors de la Seconde Guerre mondiale, les tanks (ou chars d’assaut) ont joué un rôle très important dans diverses campagnes militaires d’envergure. Pour découvrir d’où ils viennent, il faut remonter jusqu’en 1912 lors de la présentation d’un projet d’engin chenillé par l’inventeur civil australien Lancelot de Mole. Il propose son projet au ministère britannique de la guerre, mais celui-ci est refusé. Winston Churchill prit connaissance du projet et il considéra que c’était une très bonne idée.

 

Les Britanniques mettent au point un char rudimentaire, le Mark 1. Il fut utilisé lors de la bataille de la Somme pour la première fois, mais un défaut de fonctionnement en mis plusieurs hors d’état de nuire. L’avantage principal de ce char d’assaut était sa capacité à franchir les barbelés et les tranchés aisément. Étant insensibles aux balles de fusil, les soldats pouvaient s’abriter derrière les chars. C’est à cette époque que commença la guerre de celui qui avait le meilleur tank.

Revenons à la Seconde Guerre mondiale. Les Allemands, ayant appris de leurs erreurs de la guerre passée, ont développé la catégorie de char lourd Tiger. Ils étaient soi-disant les meilleurs tanks de l’époque. Mais ils n’étaient pas les seuls à avoir développé des chars d’assaut de nouvelle génération. Les Russes ont mis au point le char d’assaut T-34. Faisant une hauteur de 2,45 mètres, une longueur de 5,92 mètres et d’une largeur de 3 mètres. Il pèse 28 à 32 tonnes et il est toujours en service en 2021. Lors de l’opération Barbossa, les Russes mettent en évidence leur supériorité terrestre et leur envie de vivre. Hitler pensait réussir où Napoléon avait échoué. Cependant, la trop grande confiance des Allemands mena à leur perte. Les chars allemands n’étaient pas adaptés au froid extrême de la Russie, ils éprouvaient beaucoup de problèmes techniques. 

 

En revanche, cela ne les empêcha pas d’approcher jusqu’aux portes de Stalingrad et de Moscou. Les Russes, conscients de cette approche, mirent au point une variante destructrice du T-34, le T-34-85. Il n’y a pas de grande différence entre les deux noms, mais le chiffre 85 a une importance capitale. Ce nombre représente la longueur du canon dont les nouveaux chars Russes étaient équipés soit 85 millimètres.

Comme les Allemands rencontrèrent une forte opposition à Stalingrad, ils prirent peur et voulurent développer un char surpuissant. Ils désiraient un char d’assaut capable de détruire tous les autres tanks. Le Maus fut créé en deux exemplaires. Il ne fut même pas utilisé. C’était le char d’assaut le plus destructeur. Les Allemands ne voulaient pas s’arrêter là.  Ils élaborèrent les plans d’un tank si gigantesque qu’il ferait la taille d’un cuirassé. Malheureusement pour eux, ce monstre de fer tomba dans l’oubli. Les Américains avaient aussi leur char légendaire. Le M4 Sherman a une longueur de 5,48 mètres, une hauteur de 2,74 mètres et une largeur de 2,62 mètres, a été utilisé massivement en Normandie. Mais dans le bocage Normand, ceux-ci n’étaient pas de taille contre les Panzer. L’opinion sur quel était le meilleur char de la Seconde Guerre mondiale reste diversifiée, alors à vous de choisir. Sources : Le jour J, Le grand atlas du débarquement Auteur Stephen Badsey et Wikipedia

 

Par Émile Marineau

Imprimer

(Visited 6 times, 1 visits today)

css.php