COVID-19

Le masque dans les écoles primaires

Comme vous l’avez probablement entendu dans les médias, depuis le retour de la relâche, les élèves du primaire en zone rouge sont obligés de porter le masque en classe. Les enfants de la première à la quatrième année doivent donc constamment le porter. Les élèves de cinquième et sixième année devaient déjà le mettre depuis un certain temps, donc rien ne change dans leur cas. Auparavant, les élèves de cinquième et sixième année devaient porter un simple masque, de préférence celui recommandé par la santé publique ou artisanal en tissu. Maintenant, ils doivent tous avoir un couvre-visage fourni par l’école. Concernant les enfants de la maternelle, ils sont exemptés et peuvent continuer de faire leurs cours sans masque ou couvre visage. Il y a présentement 5 régions au Québec qui doivent se plier aux mesures de distanciation. Il y a la région de Laval, de Montréal, de la Montérégie, des Laurentides et de Lanaudière.

Plaintes de parents 

Peut-être avez-vous entendu parler que certains parents d’élèves du primaire s’objectaient à cette recommandation de la santé publique et ont pris des mesures pour contester cette décision. Plus de 2500 parents n’ont pas envoyé leurs enfants à l’école pour contester et protester afin que le gouvernement revienne sur sa décision. Dans ces cas, les enfants doivent alors être en visioconférence avec leur classe afin de ne pas perdre le rythme scolaire et de ne pas prendre trop de retard. En revanche, certains élèves ne sont ni à l’école ni en visioconférence et prennent beaucoup de retard. 

Rencontres 

Cette nouvelle ne fait pas l’unanimité et entraîne de nombreuses réactions de la part des parents et des élèves concernés. Certaines personnes sont en faveur du port du masque au primaire tandis que d’autres sont totalement contre. Au cours des derniers jours, j’ai rencontré plusieurs personnes qui m’ont donné leur avis et opinion à ce sujet. Voici donc ce que plusieurs élèves du primaire, du secondaire ainsi que plusieurs enseignants et parents en pensent. 

Certainenseignants disent :  

  • « Cela a eu un grand impact sur les enfants du primaire. Nous-mêmes pouvons avoir de la difficulté à nous habituer, imaginez les élèves du primaire et du secondaire. »  
  • « Cette mesure ne nous dérange pas et c’est même mieux pour arrêter la propagation de la Covid-19. Les enfants vont s’habituer vite. » 

Il y a même des élèves du primaire qui mont donné leur avis et ont expliqué leur point de vue : 

  • « On a énormément de difficulté à respirer et c’est très désagréable»me dit Katie Primeau, élève de cinquième année du primaire. 
  • « Au début, je trouvais ça difficile, mais maintenant je me suis habituée », m’explique Emma Primeau, élève de deuxième année du primaire. 
  • «Même si je suis en sixième année, le masque est très désagréable et je n’aime pas ça », me dit Sylia Lessard élève de sixième année du primaire. 

Voici ce que les élèves du secondaire en pensent : 

  • « Nous avons remarqué que les autres élèves de nos classes au secondaire ont de la difficulté à le garder en tout temps. Les élèves du primaire ne vont pas le respecter non plus, en plus ils sont plus jeunes donc ne comprendront pas vraiment ces mesures. » 

Maintenant, voici ce que des parents d’élèves en pensent. 

  • « Je trouve que c’est une mesure non nécessaire pour les jeunes enfants», me dit Sébastien Lessard. 
  • « Je ne pense pas que les masques soient utiles pour les enfants. Cela leur cause un stress inutile»pense Martine Auger. 
  • « Je ne suis pas d’accord avec le fait que les élèves portent le masque en classe, car ça empêche l’oxygénation du cerveau pour avoir une bonne concentration et aider l’apprentissage. Ça ne crée que des problèmes de santé comme des maux de tête, étourdissements et autres », me disait Sania Rivest. 

Tous ces changements peuvent aussi amener un certain stress chez les jeunes du primaire ainsi que leurs parents, comme me le disait justement Martine Auger. Les enfants vivent beaucoup de stress. Que ce soit pour les études, les examens, les amis, la famille, le fait de se sous-estimer ou tout simplement vouloir être toujours le (la) meilleur(e). Maisen ces temps de Covid-19, le masque et les mesures en apportent beaucoup chez tout le monde. 

Nous espérons seulement que cela ne durera pas longtemps et que certaines mesures vont s’assouplir.  

Quoi garder de la pandémie

La pandémie a changé nos vies de plus de façons dont on n’aurait jamais pu penser. À cause de celle-ci, nous avons changé nos habitudes de vie et, dans certains cas, notre façon de vivre. Ce que nous n’avions pas réalisé, c’est que cette pandémie nous forcerait à adopter certaines habitudes de vie que nous aurions dû avoir depuis plusieurs années. Puisque la pandémie nous a ouvert les yeux, je crois grandement que certaines de ces habitudes devraient rester présentes dans notre quotidien une fois le virus battu  

 

Le port de masque  

Aussi simple que cela puisse sembler, le port de masque a énormément aidé à contrer la propagation du virus durant la pandémie. Si cet accessoire a tant aidé durant la pandémie, pourquoi ne pas le grader à porter de main lorsque nous soupçonnons être malade? Si, dans le futur proche, dès que notre nez commence à couler ou à être bouché, nous commençons à porter un masque en public, les chances de contaminer quelqu’un avec peu importe ce que nous avons seront réduites. Même pour les maladies aussi banales que le rhume, cela serait bénéfique. Le rhume est quelque chose de très peu dangereux pour les humains en bonne santé, mais est quelque chose de très énervant à attraper. Je suis certaine que si quelqu’un avait la chance de ne pas l’attraper, il la prendrait. Dans le cas de maladies qui peuvent s’avérer plus graves, porter un masque lorsque nous sommes malades serait extrêmement bénéfique pour ceux qui nous entourent. Si tout le monde faisait cette action si simple, le nombre de personnes ayant la grippe, par exemple, serait réduit et par le fait même, les chances de décéder de cette maladie seraient plus minimes. 

 

Mesures sanitaires  

Lorsque nous entrons dans un bâtiment public, se laver les mains ou se mettre du désinfectant est désormais la première action que nous posons. Cette habitude peut sembler banale et même inutile si nous l’adoptons en temps normal, mais elle peut être beaucoup plus utile que nous le pensons. Lorsqu’on y réfléchit, plusieurs personnes ont touché à notre environnement, lorsque nous sommes en public, et on ne sait pas où toutes ces personnes sont allées ou leurs conditions de vie. On ne sait pas si ces personnes ont des maladies qui peuvent être transmissibles par le toucher. Pour vous permettre de mieux comprendre, prenons l’exemple des paniers d’épicerie. En temps normal, ceux-ci ne sont pas désinfectés après chaque utilisation et servent à plusieurs personnes à chaque jour. On n’a aucune idée de qui sont les précédents utilisateurs de ce panier et s’ils sont malades. Les risques d’attraper ce qu’ils ont, même si les chances sont beaucoup plus minces que si on avait un lien direct avec la personne, sont toujours présents. Se mettre du désinfectant avant d’entrer dans un lieu public diminuerait ces risques. Cela peut paraître extrême, mais on ne peut jamais être trop sûr lorsqu’on parle de notre santé.  

 

Isolement et distanciation  

Pour contaminer quelqu’un, il faut être entré en contact avec des personnes. C’est pourquoi l’isolement et la distanciation physique sont deux mesures qui ont été encouragées par les gouvernements. Respecter ces mesures post-pandémie pourrait s’avérer bénéfique. Si nous sommes malades, surtout si nous avons quelque chose qui est extrêmement contagieux ou qui peut causer le décès de quelqu’un, éviter les gros rassemblements, s’isoler le plus possible et se distancier des autres peuvent toutes êtres des méthodes efficaces pour éviter de transmettre ce que nous avons aux autres. Bien sûr, s’isoler si nous avons un simple rhume peut être extrême; dans ce cas, se distancier des autres suffirait. Pour ceux qui pensent que se distancier pour un rhume est intense, il faut seulement se rappeler qu’on ne sait jamais les conditions de vie des autres. Nous risquons de contaminer quelqu’un qui est en présence permanente d’une personne âgée, par exemple, qui possède une santé très fragile. De plus, lorsque nous respectons ces mesures, nous n’entrons pas en contact avec quelqu’un d’autre qui est malade. Donc, non seulement nous protégeons les autres, mais nous empêchons que notre condition de santé s’empire. Intégrer une ou plusieurs de ces trois actions à notre vie pour la période de temps où nous sommes malades peut s’avérer bénéfique.  

 

L’école en ligne  

Pour certaines personnes, aller à l’école en présentiel est la meilleure option pour eux, mais pour d’autres, faire l’école en ligne s’avère plus avantageux. Puisque la majorité des écoles ont développé des méthodes efficaces d’éducation en ligne durant la pandémie, continuer l’éducation en ligne ou se servir de l’électronique pour faciliter l’éducation ne devrait pas être quelque chose d’extrême à demander. Si nous prenons l’exemple de notre école, l’école secondaire Armand-Corbeil, nous avons commencé à utiliser Teams pour mieux faciliter notre apprentissage. Cette plateforme permet une meilleure flexibilité dans la remise des travaux puisque les enseignants peuvent fixer la date et l’heure de remise comme ils le souhaitent. Remettre un travail un jour après le cours et permettre des délais aux élèves sont possibles et plus simples que jamais. Pour ce qui en est des cégeps et des universités, garder les cours en ligne pourrait être très avantageux pour les étudiants. Les cours en ligne pourraient rendre l’obtention d’une éducation moins coûteuse. Puisque les cours sont en ligne, les élèves n’auront pas à payer pour la salle de classe et pour le transport. Les tarifs de stationnement peuvent parfois être très coûteux et le transport en autobus peut parfois être très long. De plus, garder l’option des cours en ligne faciliterait une éducation internationale. Que l’université soit située en Europe, en Australie ou aux États-Unis, une éducation dans son université de rêve serait plus simple à accéder. C’est sûr que les cours en ligne ne peuvent pas être offerts dans tous les domaines puisque certains d’entre eux requièrent des cours en présentiel pour bien comprendre comment réaliser les tâches impliquées dans le métier relié au programme, mais pour les cours où c’est possible, les cours en ligne pour s’avérer très avantageux. 

Les aspects positifs de la pandémie sont difficiles à trouver, mais ils sont présents. On ne peut pas nier que l’aventure que nous avons vécue au courant de la dernière année a apporté du changement dans nos vies et parfois pour le meilleur. Ce que nous avons vécu nous a rapprochés en tant que société et nous a démontré que peu importe ce qui se passe dans le monde, il y aura toujours du positif. Peu importe à quel point voir le bon côté des choses peut s’avérer être difficile, si nous décidons de tourner notre vision des choses vers une optique plus positive que négative, il nous sera plus facile d’apprécier les petits bonheurs de la vie.

 

Éliza Nadeau

 

 

 

COVID-19 : notre nouvelle réalité

Port du masque obligatoire, distanciation sociale et désinfection

 

Sans grande surprise, la pandémie actuelle nous affecte dans tous les domaines. Que ce soit à l’école, au travail, entre amis ou dans des lieux publics, les mesures sanitaires se doivent d’être respectées afin d’éviter d’aggraver la situation. Oui, c’est difficile, mais c’est un règlement obligatoire. Cet article présente notre nouvelle réalité à l’école Armand-Corbeil face à cette contagion importante.

Le nouvel horaire

Comme vous le savez probablement, notre horaire habituel a un peu changé… Voici les nouvelles heures officielles de l’année scolaire 2020-2021 :

P1 (7h40 à 8h55)

P2 (9h10 à 10h25)

P3 (10h40 à 11h55)

Dîner

P4 (12h55 à 14h10)

 

Soyez à l’heure et évitez les retards !

 

La circulation dans les corridors

Eh oui, le port d’un couvre-visage est exigé. De plus, vous devez suivre les directions des flèches au sol pour faciliter vos déplacements en toute sécurité. Lorsque vous entrez dans l’établissement, vous devez vous désinfecter les mains aux stations désignées, de même à votre sortie.

Dans la classe

Le port du masque est obligatoire en tout temps sauf lorsque vous êtes entré dans la classe à votre bureau personnel. L’enseignant doit garder une distance avec les élèves et doit porter son couvre-visage/visière s’il est à moins de 2 mètres. Il faut également se mettre du désinfectant dès votre arrivée dans le local !

À l’extérieur

Les rassemblements ne sont pas tolérés sur le terrain de l’école et vous devez respecter la distanciation physique. Le port du masque est désormais obligatoire sur le terrain de l’école ! De cette façon, on réduit la propagation du virus et le nombre de cas à Armand-Corbeil.

Ces différentes règles ont été mises en place pour vous protéger. Ce serait vraiment dommage de tout gâcher…

🔴 DERNIÈRE HEURE ! 🔴

  • À partir de jeudi 8 octobre 2020, les élèves de secondaire 4 et 5 iront à l’école 1 fois sur 2. En effet, des cours en ligne seront donnés sur le web via la plateforme Teams afin de poursuivre l’apprentissage des étudiants. Les journées d’enseignement à domicile seront disposées en fonction de l’horaire.
  • Le couvre-visage sera désormais obligatoire partout dans l’établissement, dans la classe et sur le terrain de l’école. Aucun rassemblement ne sera toléré.

D’autres informations à venir, restez à jour !

 

 

Lâchez pas, on est capable ! Cette bataille, on va la combattre… tous ensemble ! #touscontreun

 À VOIR !

VIDÉO EXCLUSIVE ! « COVID-19 : notre nouvelle réalité »

N’oubliez pas de vous abonner à notre chaîne YouTube et d’activer les notifications !

Crédit montage et réalisation : Nicolas Lecavalier

La rentrée 2020 : inoubliable!

Bienvenue officiellement à la rentrée 2020… Évidemment, tout est différent de la normale. Nous devons porter un masque durant tout le trajet d’autobus et ce, jusqu’à notre arrivée à nos places en classe. Nous avons des places assignées en classe et dans nos autobus ainsi qu’un horaire différent de la normale. Nous devons nous désinfecter les mains à de multiples reprises durant une journée d’école, les enseignants portent tous une visière et un masque pour se protéger et nous protéger en ajoutant une distanciation de deux mètres entre eux et nous. Enfin, je pourrais continuer à nommer les multiples changements qui se sont effectués à cause d’un virus mortel nommé Covid-19…

Je crois que si nous nous posons tous la question “comment le virus a-t-il changé nos habitudes au quotidien? », la réponse va probablement être liée aux cours en ligne, à toute la nourriture que nous avons mangée durant la quarantaine et à nos nouvelles occupations et loisirs ou nouveaux animaux de compagnie. Sauf que, la question qui faut le plus se poser est: comment pouvons-nous faire en sorte que notre retour à l’école après six mois de confinement soit amusant et surtout avec toutes les nouveautés de l’école ?

Pour certaines personnes, c’est très facile. En d’autres termes, elles vont très bien gérer leur rentrée sans aucune hésitation. Pour d’autres, la tâche ne sera pas si facile… Il faut surtout se mettre à la place des élèves de première secondaire qui n’ont eu aucun pré-accueil pour se familiariser avec notre école qui, pour être totalement honnête, est d’une grande dimension…


Je crois qu’il est aussi important de parler de l’ambiance à l’école. Elle a beaucoup changé elle aussi… C’est fou à quel point tout a changé à cause que les élèves du premier cycle sont séparés de tout le reste. Personnellement, je trouve que l’école a l’air vide. On dirait qu’il n’y a plus personne quand nous circulons dans les corridors à nos pauses ou pour aller en éducation physique. Sinon, à part voir le côté négatif de la chose, voyons plutôt le côté positif de cette division: il n’y a plus de congestion dans l’aile N! Je plaisante évidemment, mais je ne pense pas que l’ambiance ait changé autant que ce que je m’imaginais. Je croyais que dès que quelqu’un se mettrait à tousser ou éternuer, ce serait la panique totale. En réalité, j’ai beaucoup plus de plaisir en classe que ce que je m’imaginais ! J’ai des gens qui me font rire et qui me font du bien. Je m’ennuyais de cette atmosphère qu’une classe peut avoir…

Pour terminer, je crois juste qu’il ne faut pas se décourager. Je crois plutôt qu’il faut se donner des défis durant l’année et qu’il faut évidemment respecter les règles qui nous sont données pour faire de cette année quelque chose que tout le monde va apprécier et se souvenir à jamais.

 

Par Amy Ouimet

css.php