1, 2, 3, bloguez! (L’atelier)

Parce qu’ils créent un contexte signifiant pour les élèves, les blogues développent le gout et la fierté d’écrire en améliorant la qualité des écrits. Nancy Dubois, enseignante à la commission scolaire des Affluents, expérimente depuis trois ans le blogue pédagogique en classe. Elle a partagé ses expérimentations lors d’un atelier offert dans le cadre du colloque de l’AQUOPS.

Comment outiller les élèves pour avoir une qualité de langue optimale? Quels genres de textes sont-ils à leur portée ? Sur quelle fréquence et comment animer le blogue avec les élèves? Est-ce techniquement complexe? Est-ce une surcharge de travail pour l’enseignant? Voilà le genre de questions auxquelles elle a tenté de répondre.

Le plaisir d’écrire

Donner le gout aux enseignants de créer un blogue pour leur classe, tel est le but de Nancy Dubois, enseignante au 3e cycle du primaire. « Pour bloguer avec ses élèves, confie d’emblée l’enseignante, il faut aimer écrire. Je me suis moi-même laissé prendre. Je me gâte chaque fois que je rédige le billet annonçant le prochain sujet! »

Au grand bonheur de ses élèves, elle intègre depuis 3 ans le blogue à sa pédagogie. Le blogue étant un outil flexible, elle adapte ses projets selon la personnalité de sa classe et l’inspiration du moment. Ainsi, les jeunes blogueurs de sa classe explorent différents styles littéraires tels que le conte, la bande dessinée, le calligramme, la critique, la légende ou la lettre d’opinion.

« C’est plus l’fun que d’écrire en classe », confie un de ses élèves. Il semble qu’il ne soit pas le seul à le penser, puisque, à la demande du MELS, une équipe de chercheurs de l’Université du Québec à Chicoutimi s’est penchée sur les vertus pédagogiques du blogue. Parmi les points saillants de leur revue de littérature, on constate que l’utilisation du blogue a été appréciée et jugée motivante par plusieurs groupes d’élèves.

Le portrait d’une année scolaire

En septembre, le premier billet signé par ses élèves a été une invitation à la rencontre de parents du début d’année scolaire. Cela permet aux parents de briser la glace et de démystifier cette nouvelle approche pédagogique, ce qui les effraiera moins lorsqu’elle sera intégrée aux devoirs et leçons. Un signet leur est également remis pour les inviter à consulter le blogue régulièrement.

Toutefois, nul besoin de démarrer le projet dès la rentrée. D’autres enseignants prennent le bateau un peu plus tard en cours d’année et cela leur réussit aussi bien. Pour bien informer les parents, une lettre leur est envoyée pour leur décrire les grandes lignes du projet et s’assurer de leur collaboration.

En octobre ou novembre, ses élèves font un autre pas dans la blogosphère. Au cours des dernières années, elle les a invités à explorer le monde des légendes ou encore celui de l’action communautaire. «  J’aime varier mes approches et présenter les thèmes en vedette de manière personnelle et originale, explique-t-elle. Ça donne à l’écriture tout son sens ».

Puis, en décembre, l’enseignante se laisse inspirer selon les évènements reliés à l’actualité ou au calendrier. Évidemment, le conte de Noël est un incontournable. « En intégrant le blogue à une activité que j’avais déjà l’habitude de faire, ça allège le tout », précise-t-elle. Pour varier l’approche, ses élèves produisent des fichiers sonores pour narrer leur histoire ou les ponctuent à l’aide d’illustrations. Cette année, ses élèves ont aussi abordé le texte d’opinion en bloguant sur le délicat thème de l’intimidation. « Le fait d’écrire sous pseudonyme a permis aux élèves de s’exprimer en toute quiétude, confie-t-elle. Cela a permis à un élève qui avait tendance à adopter des comportements inappropriés de se prendre en main. Par écrit, il s’est engagé à ne plus intimider les autres. »

Après Noël, les élèves touchent à la critique littéraire en se prononçant sur les romans jeunesse de Patrick Sénécal. « Quand ils savent qu’ils seront lus, les élèves s’engagent dans le processus et mettent plus d’accent sur la correction de leurs erreurs, exprime l’enseignante. C’est avec impatience que mes élèves attendent la réponse de l’auteur! ».

Jumeler poésie, arts plastiques et blogue est un autre projet qui a été mis en branle par Nancy Dubois. « C’est sous la forme de calligrammes que nous avons eu envie de publier les poèmes écrits, plaçant ainsi les réalisations plastiques sur le blogue. »

Pour clore l’année en beauté, les élèves rédigent une lettre en se projettent dans le futur. Cette démarche leur permet de décrire leur parcours scolaire et de faire appel à leurs rêves et à leurs passions.

Qu’en pensent les parents?

Après ces trois années d’expérimentation, le projet est positif. « Ça apporte de la fierté aux enfants » et « Ça les responsabilise et les initie à divers sujets d’actualité», ont-ils répondu au sondage envoyé par l’enseignante. Certains disent même qu’il serait agréable de faire des billets avec leur enfant plus souvent.

Consultez également notre réflexion sur l’utilisation pédagogique des blogues en classe

Crédits photo: Licence CC biverson

(Visited 25 times, 1 visits today)

2 pings

  1. […] 1, 2, 3, bloguez! (L’atelier) :: RECIT local CSA Parce qu’ils créent un contexte signifiant pour les élèves, les blogues développent le gout et la fierté d’écrire en améliorant la qualité des écrits. Nancy Dubois, enseignante à la commission scolaire des Affluents, expérimente depuis trois ans le blogue pédagogique en classe. Elle a partagé ses expérimentations lors d’un atelier offert dans le cadre du colloque de l’AQUOPS. Comment outiller les élèves pour avoir une qualité de langue optimale? Quels genres de textes sont-ils à leur portée ? […]

  2. […] Consultez également les grandes lignes de notre atelier de l’AQUOPS […]

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

css.php