La discrimination s’installe

« DROITS À L’ÉGALITÉ

Égalité devant la loi, égalité de bénéfice et protection égale de la loi

  1. (1) La loi ne fait exception de personne et s’applique également à tous, et tous ont droit à la même protection et au même bénéfice de la loi, indépendamment de toute discrimination, notamment des discriminations fondées sur la race, l’origine nationale ou ethnique, la couleur, la religion, le sexe, la race, l’âge ou les déficiences mentales ou physiques. »

– Extrait de la Charte canadienne des droits et libertés

 

Tous connaissent le mot anticonstitutionnellement puisqu’il s’agit du mot le plus long de la langue française. Mais savons-nous vraiment ce qu’il veut dire? Anticonstitutionnellement signifie « de façon anticonstitutionnelle », donc contraire à la Constitution. La Constitution, c’est l’ensemble des lois qui détermine et garantit les droits de chacun et dont la Charte canadienne des droits et libertés fait partie. Heureusement, elle ne peut pas être suspendue; dans le cas contraire, le dirigeant pourrait obtenir plus d’un pouvoir à la fois, ce que l’on tient absolument à éviter.

Où est-ce que je vais avec ça? Directement vers les fameuses promesses électorales d’Andrew Scheer qui en ont choqué plus d’un. Si vous ne le saviez pas, Scheer avait comme promesse électorale d’interdire l’avortement et le mariage gai. Mais ici, nous allons plus précisément parler de la promesse de bannir le mariage gai.

Comme écrit noir sur blanc dans l’extrait ci-dessus de notre Charte canadienne, les individus canadiens ont droit aux mêmes privilèges, peu importe leur âge, leur ethnie, leur religion, leur couleur, leur sexe, leur race et leur déficiences mentales ou physiques. Bref, ils sont tous jugés égaux. Alors, est-ce qu’Andrew Scheer pourrait bannir le mariage gai? Si on se fie à la Charte, la réponse est non. S’il souhaitait bannir le mariage gai, il lui faudrait bannir le mariage tout court. Et encore là, rien ne garantit que cela serait légal selon notre constitution.

Maintenant, je vous pose la question : selon vous, qu’arriverait-il si quelqu’un d’orientation sexuelle gaie était élu et promettait de bannir le mariage pour les gens non-gais? Voici ce qui arriverait : des protestations, des révoltes et surtout, une grosse, grosse insatisfaction, voire de la peur ou de l’anxiété. Ce qui arrive présentement, c’est que l’on inverse simplement les places et à présent, on vote pour ça? Est-ce que c’est logique? Non. Est-ce que c’est ouvert d’esprit? Absolument pas.

Le plus inquiétant, c’est bien que cela ne se produit pas qu’ici. Par exemple, en Espagne, le groupe politique Vox, ayant comme chef Santiago Abascal à sa tête, est un mouvement ultra-nationaliste, anti-féministe et anti-immigration. Personnellement, ça me rappelle un peu ce qui se passe ici, en plus fermé. Et comme Scheer qui était très soutenu par les provinces de l’Ouest canadien, Vox était crédité par plus de 10% de la population espagnole à ses débuts. Et il continue de rejoindre des électeurs.

La discrimination s’installe dans nos promesses électorales, nous qui clamons être un monde ouvert d’esprit et multiculturel. Chose qui hier était bannie est de retour aujourd’hui. Bref, il est certain qu’on a l’impression qu’un vote parmi les presque 38 millions d’habitants du Canada, ça se perd. Mais c’est la force de la collectivité qui fait une différence. On a tous nos raisons, nos valeurs, nos arguments et nos opinions, et il en est ainsi : ce sont eux qui détermineront le futur.

 

Par Amélia Gélineau

 

 

 

Imprimer
(Visited 88 times, 1 visits today)

css.php