Charlie Garcia

Les jeunes artistes, fiers d’être talentueux

 

Laurence Beaulieu-Roy, enseignante d’arts plastiques de notre école, pense qu’il est important d’implanter les médias dans l’éducation, mais d’une façon pédagogique. Elle nous propose donc une page Instagram qui sert de mur d’exposition pour les élèves.

 

 

 

La page Instagram Les Jeunes Artistes est un projet créé par Laurence Beaulieu-Roy, enseignante d’arts plastiques de notre école, qui consiste à exposer les œuvres des étudiants. C’est une façon pour les jeunes de montrer leur talent et d’en découvrir d’autres. En publiant les œuvres sur cette page, Laurence offre de la visibilité aux élèves et leur permet d’avoir de la reconnaissance de la part de d’autres jeunes comme eux. La page est aussi un diffuseur de concours pour les adolescents. Laurence m’expliquait que plusieurs concours artistiques sont ouverts à tous, mais peu de jeunes y participent et peu connaissent ces opportunités. C’est ce qu’elle veut changer en diffusant ces concours.

La page est avant tout un projet scolaire. Laurence veut promouvoir les arts plastiques et les œuvres faites à l’école. La page Instagram est donc principalement dédiée aux projets scolaires. Cette page devient aussi une source d’inspiration pour plusieurs enseignants cherchant à faire de nouveaux projets. Laurence m’expliquait qu’elle s’aperçoit que ses élèves sont de plus en plus motivés. Elle entend les élèves parler de la page et dire qu’ils veulent que leurs œuvres se retrouvent sur @lesjeunesartistes. De plus, la communauté prend de l’expansion puisque des écoles de Trois-Rivières, Drummondville et Victoriaville participent en envoyant des photos de leurs œuvres. Laurence souhaite que tous les enseignants d’arts plastiques fassent la promotion de ce projet et peut-être même avoir le support de certaines entreprises.

 

 

Laurence ne fait pas tout le travail seule, elle est aidée de Naomi Gascon, étudiante de l’Université Laval, qui détient le rôle de gestionnaire de communautés. L’équipe est aussi formée d’élèves de notre école, comme Rosalie Poulin, qui s’occupe de la qualité visuelle, Kimberly Fuoco, graphiste et Fannie Théorêt, qui s’occupe des actualités et qui l’aide à répondre aux messages. C’est un projet pour les élèves, par les élèves.

Si vous êtes un passionné d’arts, vous pouvez envoyer vos œuvres réalisées en classe en contactant Les Jeunes Artistes (@lesjeunesartistes) sur Instagram.

La jeunesse hurle

C’est dans une cinquantaine de pays que se sont déroulées plus de 500 manifestations sur le climat le 15 mars dernier. Les étudiants du monde ont pris part à cette grève étudiante pour défendre leur planète.

Ce mouvement, lancé par la Suédoise Greta Thunberg, consiste à manifester dans les rues, le vendredi, pendant les heures de classe. La jeune fille de 16 ans a décidé de manifester devant le parlement suédois chaque vendredi depuis le 20 août 2018. Des jeunes de partout sortent de leurs cours quitte à manquer des notions importantes et mettre en péril leur réussite pour suivre le mouvement de la jeune militante. C’est un message puissant que ces étudiants envoient au gouvernement et aux adultes qui les entourent. “On rate nos leçons pour vous en enseigner une », « Les vendredis pour le futur », « Il n’y a pas de planète B ». C’est ce qu’on pouvait lire sur les pancartes tenues haut et fièrement le 15 mars 2019.

 

« Pourquoi devrions-nous étudier pour un futur qui n’existera bientôt plus, alors que personne ne fait rien pour le sauver ? » -Greta Thunberg

 

Ces étudiants n’en demandent pas beaucoup : faites de votre mieux, un petit geste à la fois. Si tout le monde s’implique, on peut faire la différence. Les générations futures devraient avoir la chance de profiter de la Terre à leur tour.

 

Les mouvements étudiants au Québec

Ici, c’est Sarah Montpetit, étudiante de cinquième secondaire, qui lance un appel aux jeunes du Québec. Elle a ressenti le besoin d’agir lorsqu’elle et ses amis discutaient de leur futur et ont chacun dit qu’ils ne voulaient pas d’enfant puisqu’ils ne voulaient pas que leur prochain souffre à son tour. De plus, Sarah Montpetit expliquait, lors d’une entrevue au Téléjournal, que lorsqu’elle a entendu le discours de Greta Thunberg, elle a compris qu’il était possible de faire quelque chose. Elle a créé un mouvement appelé « Pour le futur Montréal » qui consiste à manifester chaque vendredi et à sensibiliser les jeunes.

 

Un peu plus tard, les universités ont décidé de participer à cette grève étudiante en créant le collectif « La planète s’invite à l’université ». Les porte-paroles du mouvement, Émile Moreau, Louis Couillard et Jamie Latvaitis, étaient certainement fiers de voir que plus de 150 000 étudiants de partout au Québec luttaient pour l’environnement. Cette grande manifestation, qui avait lieu le 15 mars dernier, revendique une amélioration et un effort de la part du gouvernement. La planète s’invite à l’université demande au gouvernement d’établir un programme d’éducation dédier à la sensibilisation à la crise climatique ainsi que l’adoption d’une loi qui force l’atteinte des objectifs créés par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Le collectif demande aussi de retirer les investissements dans l’énergie fossile des établissements scolaires.

 

 

« Oui, le 15 mars c’est un évènement mondial, mais il faut le souligner : un seul vendredi, ce n’est pas assez. […] Donc, oui, au secondaire, on s’engage à manifester chaque vendredi après-midi. » -Sarah Montpetit

 

Les deux côtés de la médaille

L’évènement créé par des étudiants universitaires touche aussi les étudiants au collégial et au secondaire. J’ai discuté avec Rosalie Poulin, étudiante de cinquième secondaire présente à la manifestation du 15 mars, qui m’a expliqué pourquoi il était important de prendre part aux manifestations. Selon elle, il est important de se battre pour son futur et pour celui de nos prochains.

« Certaines personnes décident de tout laisser passer, mais moi, je décide que si je peux faire quelque chose pour une cause qui me tient à cœur, je le fais. » -Rosalie Poulin

Rosalie pense qu’il serait important qu’on parle d’environnement à l’école pour sensibiliser les jeunes et qu’on cesse de faire la sourde oreille. Elle croit que rien ne peut changer si personne ne parle du problème. « À l’époque, on rendait les gens croyants en leur parlant de religion, aujourd’hui, si on leur parle d’environnement et qu’on les sensibilise à la crise, on peut les rendre plus éco-responsables », m’a dit Rosalie. Elle veut que les étudiants aient droit à une opinion et qu’on arrête de leur faire croire qu’ils sont trop jeunes pour comprendre ou pour participer au débat. Selon elle, le 15 mars dernier était le moment parfait pour se faire entendre et montrer au gouvernement que les jeunes sont conscients du problème.

Photo de Rosalie Poulin

 

Photo de Rosalie Poulin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo de Rosalie Poulin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cependant, la participation à cette grève peut contrevenir aux règlements des écoles puisque les étudiants ne se présentent pas à leurs cours.

J’ai eu la chance de discuter de cet enjeu avec Isabelle Gauthier, directrice de notre école. Celle-ci m’expliquait que nous avons deux choix en tant qu’étudiant : contrevenir aux règlements en quittant l’école pour manifester ou s’y prendre d’une autre façon.

Si nous décidons de manquer nos cours, des conséquences s’en suivent.

Cependant, Mme Gauthier m’a confié qu’il y a d’autres moyens de se faire entendre tout en respectant les règlements. Selon elle, il est possible d’organiser quelque chose de gros si on mobilise toute l’école et que tout est organisé à l’avance.

Il y a toujours un moyen de trouver un accommodement entre les élèves et l’école.

Cependant, Mme Gauthier m’expliquait que cela peut prendre du temps puisque pour organiser un évènement de ce genre, il faut passer par plusieurs étapes et avoir l’accord de tout le monde, mais ce n’est pas impossible.

Pour se faire entendre, ces étudiants n’auront pas d’autre choix que de montrer le sérieux de leurs convictions et de mettre une pression sur les épaules du gouvernement, qui ne semble pas réagir pour le moment.

 

Par Charlie Garcia


Sources

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1158421/manifestation-marche-greve-etudiant-enfant-eleve-montreal-climat-greta-thunberg

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1158430/manifestation-greve-climat-canada-sophia-mathur-greta-thunberg-ecoanxiete

Les favoris de la semaine de relâche

Laurence Drouin

Patinoire en forêt au parc des pionniers

Vous avez envie de sortir de la ville, vous aimez la nature, la randonnée en forêt et patiner? La patinoire en forêt au parc des Pionniers est pour vous! Situé à St-Donat, ce parc vous propose un sentier de 1,3 km en patin. Vous pourrez admirer la nature tout en faisant du sport. En famille ou entre amis, l’accès à ce parc est  gratuit en tout temps.

 


Xavier Lorrain

Enfilez vos patins et allez patiner sur les patinoires de la région. Vous pouvez aller patiner : à l’intérieur dans l’aréna de Mascouche (horaire dans ce site: https://ville.mascouche.qc.ca/loisirs-et-parcs/arena/) ou dans un des complexes sportifs de Terrebonne (Horaire et tarifs dans ce site: http://www.complexessportifsterrebonne.com/sport-sur-glace/2-activites-libres-sur-patinoire.html )

À l’extérieur (rratuit) sur les 17 patinoires de Mascouche et les 59 patinoires de Terrebonne dont celle de l’étang de l’Île-des-Moulins dans le Vieux-Terrebonne.

 


Amélia Gélineau

Laser Action, à Mascouche

Laser Action, situé au 570 Montée Masson, offre une expérience de Lasertag inoubliable. C’est l’endroit idéal pour se divertir en famille ou entre amis avec les nombreuses options de jeu, les collations qui y sont en vente et qui sait, peut-être pour y faire de nouvelles rencontres…

 


Charlie Garcia

Le Bloc Shop

Pendant la semaine de relâche, je compte aller au Bloc Shop. Le Bloc Shop est un centre d’escalade pour tous les niveaux situés à Montréal. Que tu sois débutant ou avancé, un défi t’attend. C’est une belle activité physique que j’ai bien hâte de découvrir.

Une soirée enflammée à Armand-Corbeil

La finale locale de Secondaire en spectacle avait lieu le 15 février dernier à l’auditorium de l’école. C’était un beau spectacle qui a permis aux élèves de monter sur scène et de nous dévoiler leur talent.

 

 

En assistant à Secondaire en spectacle, nous avons eu le plaisir de découvrir des numéros de tous les genres, comme de la danse, du théâtre, du cirque et du chant. Le spectacle se déroulait en deux parties.

Premièrement, les candidats se présentaient sur scène pour nous dévoiler leur talents. Ceux-ci nous ont fait vivre tant d’émotions par leur audace, leur authenticité et leur originalité! Monter sur scène devant parents, amis et inconnus est un défi qui demande du courage et ils peuvent tous en être très fiers. Chaque numéro était annoncé par nos animateurs Arielle Goudreault et Émile Riopel qui ont su divertir et faire rire le public.

Deuxièmement, après une petite entracte, les juges, Claudia Lalancette, Nadine Desjardins et Laurie Leblanc, nous ont annoncé les trois gagnants ainsi que le numéro Coup de cœur.

Les trois gagnants qui iront aux finales régionales sont Kassandra Kanyiki (danse), Jade Sabourin (chant) et Océane Champagne-Martin (chant) et le numéro Coup de cœur est celui de Rosalie Goulet (danse).

Les coulisses

J’ai eu le plaisir de m’entretenir avec les organisatrices : Melanie Goyer, Cindy Lane, Mélanie Robitaille et Marie-Pier Quevillon-Damiens. Elles m’ont expliqué pourquoi elles ont décidé de ramener Secondaire en spectacle à l’école après 4 ans d’absence.

Elles m’ont dit qu’elles trouvaient important de donner la chance au élèves d’être découverts et de montrer leur talent. De plus, les élèves étaient nombreux à demander d’avoir cette soirée à l’école. Cependant, le processus était long et complexe puisqu’elles ont dû repartir de zéro pour organiser ce spectacle. C’est une soirée coûteuse avec des contraintes strictes et cela était un défi pour les organisatrices.

Plusieurs personnes étaient impliquées dans cette grande soirée. Des élèves bénévoles de secondaire 4 étaient aux portes pour accueillir le public et étaient aussi les photographes du spectacle.

De plus, à l’éclairage et à la sonorisation, Sabrina Le Bouthillier jouait un rôle important. L’équipe technique à su être très efficace pour permettre à cette soirée d’être parfaitement réussi.

Le talent d’Armand-Corbeil : Maïva Dessureault, Audrey-Ann Dumais et Justine Lemay

J’ai eu le plaisir de m’entretenir avec trois élèves de première secondaire participant à Secondaire en spectacle. Elles nous présenteront un numéro de théâtre qu’elles préparent depuis maintenant quelques mois.

Justine, Maïva et Audrey-Ann sont toutes les trois dans la concentration art dramatique de l’école. Au primaire, elles avaient déjà des cours d’art dramatique lors desquels elles préparaient des petites présentations ou des spectacles. Les spectacles étaient souvent devant les parents ou les autres élèves et cela leur a permis de découvrir une passion. Elles m’expliquaient que le programme dans lequel elles sont cette année est une belle façon d’approfondir leurs connaissances puisqu’elles ne faisaient pas de théorie au primaire. “Au primaire, c’était très bref et on n’apprenait pas les types de mouvements, les types de jeu, etc.” C’est ce que m’ont expliqué les filles.

Leur pièce, Le détecteur de mensonges, a été écrite par Justine, mais Maïva et Audrey-Ann ont décidé de s’y joindre. Cela tombait bien puisque ces dernières préfèrent l’interprétation tandis que Justine préfère créer. Puisqu’elles n’avaient pas toujours la possibilité de se voir à l’extérieur de l’école, elles répétaient chaque midi dans un coin de la cafétéria et mangeaient ensemble. Malgré leur légère nervosité, les filles m’ont confié qu’elles avaient bien hâte à la grande soirée et elles espèrent avoir du plaisir lors de leur participation à Secondaire en spectacle.

 


Présentation des artistes

Pour voir ce numéro, ne manquez pas la soirée Secondaire en spectacle les 15 février prochain!

 

Par Charlie Garcia

Le talent d’Armand-Corbeil : Gwynneth Patricia Lee Hudson-Jameson

Gwynneth Patricia Lee Hudson-Jameson est une candidate de Secondaire en spectacle de notre école. Elle nous dévoilera deux de ses nombreux talents, soit le chant et le piano, lors de cette soirée.

J’ai eu le plaisir de rencontrer Gwynneth et d’en apprendre plus sur le numéro qu’elle a préparé pour Secondaire en spectacle. C’est un numéro de chant accompagné de piano qu’elle a composé en entier. Elle a donc composé la mélodie ainsi qu’écrit les paroles. Elle m’a expliqué qu’elle a trouvé le processus facile puisqu’elle prend des cours de piano depuis l’âge de cinq ans avec l’école de musique MusiLab. De plus, elle adore écrire et a une très belle plume. Elle a commencé à chanter il y a un an lorsque sa mère lui a acheté un ukulélé puisqu’elle composait de petites mélodies et a décidé d’ajouter des paroles. Tout le monde lui a alors dit qu’elle avait beaucoup de talent et l’a incité à participer à Secondaire en spectacle.

En plus de participer à Secondaire en spectacle, Gwynneth participe à deux spectacles avec son école de musique chaque année. De plus, elle a participé à des spectacles au primaire ainsi qu’à son ancienne école où elle étudiait dans un programme de musique. En effet, lorsqu’elle étudiait à l’école secondaire Du Côteau, elle avait fait un spectacle au trombone avec l’harmonie de l’école. Gwynneth m’a confié qu’elle aimerait être auteure, musicienne et poète puisque l’art est sa vraie passion.

 


Talent de l’artiste

Venez encourager cette artiste de notre école le 15 février lors de la finale locale de Secondaire en spectacle!

 

Par Charlie Garcia

Le talent d’Armand-Corbeil : Rosalie Goulet

Rosalie est une des douze candidates du concours Secondaire en spectacle de notre école. J’ai eu le bonheur de rencontrer cette artiste et j’ai maintenant le plaisir de vous la faire découvrir.

 

Le numéro que Rosalie nous présentera lors de la soirée Secondaire en spectacle est un numéro de danse traditionnelle. Elle a commencé ce type de danse avec sa sœur il y a six ans. Elles avaient trouvé une annonce dans le journal et se sont jointes à la troupe Ensemble traditionnel La Foulée. Rosalie m’expliquait que les cours de danse québécoise et de gigue sont de plus en plus rares et elle trouve que cela manque beaucoup puisque cette danse représente la culture québécoise. Ce qu’elle préfère de la danse québécoise, ce sont les reels puisque ceux-ci sont plus rapides et beaucoup plus joyeux à danser.

En plus d’être candidate à Secondaire en spectacle, Rosalie participe à plusieurs spectacles et animations avec sa troupe. De plus, sa troupe participe au festival Mémoires et Racines et celle-ci voyage parfois dans d’autre pays pour faire des spectacles ailleurs dans le monde. Elle m’expliquait que son rêve serait de participer à un de ces voyages de danse avec son groupe et d’aller représenter la culture québécoise dans un autre pays. Rosalie m’expliquait que la danse traditionnelle du Québec est différente de celles des autres pays et que c’est intéressant de montrer notre culture aux autres ainsi que d’en apprendre plus sur la leur.

 


Photos et vidéos de l’artiste:

 

 

Venez encourager cette artiste le 15 février prochain.

 

Par Charlie Garcia

Le talent d’Armand-Corbeil : Kassandra Kanyiki

Kassandra Kanyiki est une élève de secondaire 1 qui présentera un numéro de danse lors du concours Secondaire en spectacle. J’ai eu le plaisir de la rencontrer et d’en apprendre plus sur le numéro qu’elle nous prépare.

Kassandra est une élève très artistique qui participera à Secondaire en spectacle cette année. Elle pratique la gymnastique et le cheerleading depuis l’âge de cinq ans. Cette élève de la concentration d’art dramatique de l’école pratiquait aussi le cirque lorsqu’elle était en cinquième et sixième année du primaire. Cependant, elle n’a jamais fait de cours de danse et elle a simplement commencé à danser avec sa sœur qui, elle, prend des cours. En effet, sa sœur pratique le hip-hop et c’est principalement elle qui a aidé Kassandra à monter son numéro. Elles ont décidé de jumeler leurs connaissances afin de créer une chorégraphie de danse acrobatique.

Kassandra m’a dit être très à l’aise devant un public puisqu’elle a souvent participé à des compétitions de cheerleading ainsi qu’a des spectacles de cirque à son école. L’an dernier, elle a participé à une compétition de cheerleading au Mexique et ce fut pour elle une super expérience. De plus, lors de ce même séjour au Mexique, sa sœur lui a proposé de faire un concours de hip-hop avec elle. Elles ont eu beaucoup de plaisir et elles sont arrivées en quatrième position. Finalement, c’est de façon positive que Kassandra entrevoit sa participation à Secondaire en spectacle.

 


Vidéo de l’artiste:

Venez l’encourager le 15 février prochain à l’auditorium de notre école.

Par Charlie Garcia

Le talent d’Armand-Corbeil : Emmanuelle Beauchamp

 

Emmanuelle Beauchamp est une élève de quatrième secondaire qui participera à Secondaire en spectacle cette année. J’ai eu le plaisir de m’entretenir avec elle et de découvrir la jeune artiste qui brille en elle.

Emmanuelle est une grande fan de musique depuis un très jeune âge. C’est principalement grâce à son père, qui est guitariste classique, qu’elle a découvert cette passion. Elle prend des cours de chant classique et de chant populaire avec un professeur de chant depuis maintenant deux ans, mais c’est son père qui lui enseignait avant cela. Emmanuelle a déjà participé à de petits spectacles avec son père, mais Secondaire en spectacle est le premier concours auquel elle participera. Elle joue du piano et s’accompagnera de cet instrument lors de cet évènement. 

Emmanuelle m’expliquait que ses principales inspirations sont Les Beatles et Queen parce qu’ils ont vraiment l’air d’avoir du plaisir sur scène et ils lui donnent l’envie de s’amuser comme cela elle aussi. En plus de jouer du piano, après avoir essayé l’accordéon dans un camp musical cet été, elle aimerait vraiment s’en procurer un et apprendre à en jouer. “J’aimerais avoir le plus de cordes possibles à mon arc musical”, m’a confié Emmanuelle. C’est une expression qu’elle trouvait un peu étrange à dire, mais qui m’a fait beaucoup sourire, puisque cela démontre à quel point Emmanuelle est passionnée par la musique. De plus, elle m’expliquait que son objectif serait de maitriser toutes les sphères de la chanson en voix et d’acquérir le plus de techniques possibles.

 


Enregistrement de l’artiste:

De glace, une chanson de Pierre Lapointe de 2006

Venez encourager cette artiste le 15 février prochain lors de Secondaire en spectacle.

Par Charlie Garcia

Le talent d’Armand-Corbeil : Alexi-Joon Savoie

Plusieurs personnes talentueuses se dévoileront dans le cadre du concours Secondaire en spectacle. Pour l’occasion, j’ai rencontré Alexi-Joon Savoie pour en apprendre plus sur sa passion qui est le rap.

Alexi-Joon a découvert sa passion pour le rap à l’âge de douze ans alors qu’il participait à un spectacle organisé par son école. Il a trouvé cette expérience formidable et il a eu énormément de plaisir. Lorsqu’il a écouté du rap pour la première fois, il a réalisé qu’il avait, lui aussi, le potentiel d’écrire des chansons. Il a toujours aimé la musique et il a toujours eu une belle plume, donc il lui semblait naturel de combiner les deux. Lorsqu’il avait douze ans, sa principale inspiration était Booba, un rappeur français. Aujourd’hui, il écoute principalement le rappeur montréalais Lost. Il l’admire pour ses talents d’écriture et pour les belles histoires racontées dans ses chansons.

Il ne parle pas juste pour parler”, m’expliquait Alexi-Joon.

Depuis le mois d’avril dernier, il a enregistré cinq de ses chansons. Il m’a expliqué que le processus était assez complexe et long puisqu’il réalise le tout seul. En effet, l’écriture des paroles, la composition de la mélodie, l’enregistrement et le mixage peuvent prendre beaucoup de temps. Son objectif pour la prochaine année est de sortir un album sur les plateformes populaires comme Spotify et Deezer. De plus, il m’a confié qu’il aimerait vraiment continuer et en faire une carrière plus tard.

“J’aimerais être au top!” – Alexi-Joon Savoie


Enregistrement de l’artiste:

 

 

Vous ne voulez surtout pas manquer cette belle soirée qui aura lieu le 15 février prochain.

Par Charlie Garcia

css.php