Yanik Labelle

Semaine de la prévention des dépendances

Du 15 au 21 novembre 2020 se tient la semaine québécoise de la prévention des dépendances.

Cette année, l’accent de la campagne est mis sur la capacité d’adaptation. L’être humain est appelé à s’adapter à divers changements ou situations, et ce, depuis toujours. Cela est d’autant plus vrai dans le contexte que nous vivons présentement.

Il importe donc de développer des capacités d’adaptation qui soient positives. En prenant soin de ta santé physique et psychologique, en continuant d’entretenir des relations saines avec ta famille et tes amis, en continuant de te mobiliser pour ta réussite, en ayant des projets.

Face à une difficulté, établis tes priorités et identifie plusieurs solutions possibles. N’hésite pas à demander de l’aide à tes parents, tes amis, tes enseignants, aux intervenants de l’école ou encore ou différentes ressources disponibles.

 

L’important est que tu sois actif dans la recherche de solutions. Ainsi, tu développeras tes compétences personnelles, te rendant ainsi plus apte à faire des choix éclairés notamment en matière de consommation ou de toute autre forme de dépendance.

 

 

Si tu as des questions ou besoin d’aide, n’hésite pas à consulter un intervenant de l’école :

 

· Les TES (locaux : A-134.2, C-175, C-177.1, C-185, N-101.1, N-104)

· Les psychoéducateurs (local C-231)

· L’infirmière (local A-132)

 

Tu peux également communiquer avec les ressources disponibles :

Uniatox : 450-968-0363 www.uniatox.org

 

Services psychosociaux du CLSC:

811

-Centre de réadaptation en dépendance de Lanaudière : 450-492-7444 www.crdlanaudiere.ca

-Tel-Jeunes : 1-800-263-2266 www.teljeunes.com -Jeunesse J’écoute : 1-800-668-6868 www.jeunessejecoute.ca

 

 

 

Yanik Labelle, psychoéducateur

Semaine de la prévention des dépendances

Du 17 au 23 novembre 2019 se tient la semaine québécoise de la prévention des dépendances. Cette année, l’accent de la campagne est mis sur la connaissance de soi. En apprenant à mieux te connaître, tu seras en mesure de développer tes compétences personnelles et sociales. Ces compétences sont d’importants facteurs de protection qui peuvent t’aider à faire des choix éclairés dans différentes situations, notamment en matière de consommation et de la pratique des jeux de hasard et d’argent.

Mieux te connaître permet :

  • De faire de meilleurs choix, dans tous les domaines de la vie, par exemple: choisir de faire des activités qui te plaisent, choisir les personnes que tu souhaites fréquenter;
  • D’être capable de t’exprimer et de t’affirmer, comme: partager tes idées, tes opinions, ce que tu penses, communiquer tes besoins, exprimer tes émotions;
  • D’augmenter ton niveau de confiance en toi;
  • De reconnaître les personnes qui partagent les mêmes goûts que toi;
  • De mieux réagir face aux difficultés.

Si tu as des questions ou besoin d’aide, n’hésite pas à consulter un intervenant de l’école :

· Les TES (local C-177) et la TTS (local A-134.2)

· Les psychoéducateurs (local C-231.2 et N-124.2)

· L’infirmière (local A-132)

Tu peux également communiquer avec les ressources disponibles : -Uniatox : 450-968-0363 www.uniatox.org

-Services psychosociaux du CLSC: 811 -Centre de réadaptation en dépendance de Lanaudière : 450-492-7444 www.crdlanaudiere.ca -Tel-Jeunes : 1-800-263-2266 www.teljeunes.com -Jeunesse J’écoute : 1-800-668-6868 www.jeunessejecoute.ca

Yanik Labelle, psychoéducateur

Semaine de la lutte à l’intimidation et la violence à l’école

Dans le cadre de la Semaine de la lutte à l’intimidation et la violence à l’école, qui se tiendra dans la semaine du 30 septembre, il est important de rappeler que nous avons tous un rôle à jouer dans la prévention des gestes d’intimidation et de violence à l’école. Souvent directe, la violence peut aussi être insidieuse et peut prendre différentes formes:

  • Violence physique
  • Violence verbale : insultes, cris.
  • Violence écrite : textos et autres messages.
  • Violence psychologique : menaces, dénigrement, rumeurs, exclusion.
  • Violence matérielle : vol ou bris d’objets.
  • Violence à connotations sexuelles : propos ou comportements déplacés, gênants, humiliants.

Comme tu peux le constater, la violence a différents visages, mais peu importe sous quelle forme elle s’exprime, la violence a pour but de causer du tort à l’autre. C’est pourquoi la violence ne doit en aucun cas être tolérée.

L’intimidation est un terme fréquemment utilisé, mais qui est souvent confondu avec conflit. Il est donc important de bien comprendre ce qu’est l’intimidation. Il s’agit d’un comportement:

· Qui cause de la détresse chez la victime;

· Qui peut être intentionnel ou non et qui a pour effet de causer du tort à l’autre;

· Où il y a un déséquilibre de force, c’est-à-dire un abus de pouvoir de la part d’un ou de plusieurs jeunes envers la personne;

· Qui se répète dans le temps.

L’intimidation se manifeste de façon directe ou indirecte, mais aussi dans l’espace virtuel. Dans ces cas, nous parlons de cyberintimidation ou de cyberagression. Sache que l’intimidation, sous toutes ses formes, est criminelle. Pour plus d’informations, tu peux consulter le site d’Educaloi au www.educaloi.qc.ca/jeunesse/intimidation

 

Si tu crois être victime ou si tu es témoin d’une situation d’intimidation ou de violence, parles-en à une personne en qui tu as confiance. Ne reste pas seul avec le problème.

Il existe plusieurs ressources à qui tu peux t’adresser. À l’école, il y a tes enseignants et toute l’équipe d’intervenants. Tu peux également dénoncer en toute confidentialité en utilisant :

  • Ligne téléphonique : 450-492-3619 poste 7867 (STOP)
  • L’adresse courriel : denonciation.A-Corbeil@csda.ca ou denonciation.Armand-Corbeil@csda.ca
  • Tu peux aussi t’adresser à des organismes comme : Tel-Jeunes : 1-800-263-2266 / www.teljeunes.com Jeunesse J’écoute : 1-800-668-6868 / www.jeunessejecoute.ca
  • Tu retrouveras dans ton carnet scolaire des informations pertinentes et les ressources disponibles (p.7 à 10).

 

Soyons bienveillants les uns envers les autres, et unissions-nous pour lutter contre toutes les formes de violence!

 

Yanik Labelle, psychoéducateur


 

À lire aussi :

La semaine contre l’intimidation et la violence à l’école

 

Parler du suicide sauve des vies

 

Du 3 au 9 février 2019 se tient la Semaine nationale de prévention du suicide. Cette semaine représente un moment idéal pour exprimer à ceux qui nous sont chers combien ils sont importants pour nous. Cette année, la thématique porte sur l’importance de parler du suicide afin de sauver des vies. Il n’est pas nécessaire d’être un intervenant pour aborder le sujet avec un proche qui t’inquiète. Voici quelques trucs :

 

* Sois à l’écoute de l’autre et fais preuve d’ouverture.

* Il est important de ne pas porter de jugement.

* Tente de faire verbaliser la personne sur ce qui ne va pas.

* Si la personne te confie avoir des idées suicidaires, encourage-la à demander de l’aide en la référant aux ressources disponibles.

* Surtout, ne demeure pas avec ce fardeau, réfère-toi à un intervenant qui pourra venir en aide à la personne qui te préoccupe.

 

 

Nous vous rappelons les ressources qui sont disponibles pour vous ou vos amis en cas de besoin :

  • À l’école :

vos TES (local C-177),

la technicienne en travail social (local A-134.2),

les psychoéducateurs (local A-114 et N-124,2),

la psychologue (local A-116).

  • Ressources externes :

-Clinique des jeunes du CLSC: 450-471-2885

-Centre de prévention du suicide: 1-866-APPELLE (277-3553)

-Tel-Jeunes: 1-800-263-2266 / textos 514-600-1002 / teljeunes.com

-Jeunesse J’écoute: 1-800-668-6868 / jeunessejecoute.ca

« T’es important pour nous »

 

Semaine de la prévention des dépendances

 

Du 19 au 26 novembre se tient la semaine québécoise de la prévention des dépendances. Cette année, le thème est le choix de solutions gagnantes pour demeurer en contrôle. Bien qu’il soit conseillé de ne pas consommer à l’adolescence, parce qu’à cette période le cerveau n’a pas encore terminé son développement et qu’il peut être sensible aux substances psychoactives comme l’alcool et les autres drogues, plusieurs stratégies peuvent permettre de diminuer les risques si on décide de consommer.

Il a été démontré que les jeunes qui disposent d’un plus vaste répertoire de stratégies d’adaptation vivent moins d’expériences négatives lorsqu’ils expérimentent des difficultés ou des situations de vie stressantes.

De plus, un bon répertoire de stratégies positives évite que la consommation devienne un mode d’adaptation et un moyen pour faire face aux difficultés de la vie.

Stratégies pour éviter ou réduire les risques et les conséquences liés à la consommation :

-Choisis de ne pas consommer ou de consommer des boissons non alcoolisées.

-Apporte tes propres consommations et alterne avec des consommations sans alcool.

-Décide à l’avance de limiter ta consommation et d’identifier les substances que tu ne veux pas consommer.

-Évite de consommer le ventre vide.

-Évite de mélanger différentes substances.

-Entends-toi avec un ami afin de vous soutenir mutuellement.

-Évite de faire des activités ou sports potentiellement dangereux si tu as consommé de l’alcool ou une autre drogue.

-Prévois le moyen pour te déplacer de façon sécuritaire, et prévois un plan B.

Des influenceurs Web connus des jeunes leur livrent un message de sensibilisation sur les solutions gagnantes pour faire face aux défis ainsi que sur les risques et les conséquences liés à la consommation d’alcool ou d’autres drogues et à la pratique des jeux de hasard et d’argent. Cette capsule vidéo, destinée aux jeunes de 13 à 24 ans, est produite dans le cadre de la Semaine de prévention des dépendances 2017.

Si tu as des questions ou besoin d’aide, n’hésite pas à consulter un intervenant de l’école.

Tu peux également communiquer avec les ressources disponibles :

-Uniatox : 450-968-0363 www.uniatox.org

-Accès Liaison Jeunesse (service social du CLSC): 450-471-2851

-Centre de réadaptation en dépendance de Lanaudière : 450-492-7444 www.crdlanaudiere.ca

-Tel-Jeunes : 1-800-263-2266 www.teljeunes.com

-Jeunesse J’écoute : 1-800-668-6868 www.jeunessejecoute.ca

Cahier de notes destiné aux jeunes de 10 à 12 ans, produit dans le cadre de la Semaine de prévention des dépendances 2017.

Choisis des solutions gagnantes (Vrai ou faux)

 

 

Semaine contre l’intimidation et la violence à l’école

Du 2 au 6 octobre se tient la Semaine contre l’intimidation et la violence à l’école. Nous, élèves et adultes de l’école, avons tous un rôle à jouer dans la prévention des gestes d’intimidation et de violence à l’école. Qu’elle soit physique, verbale, psychologique ou écrite, la violence peut prendre différents visages. Il importe donc de porter attention à nos gestes et paroles afin de préserver l’image et l’intégrité de soi et de ceux qui nous entourent.

 

L’intimidation est un terme fréquemment utilisé, mais qui est souvent confondu avec conflit. L’intimidation est un comportement:

· qui cause de la détresse chez la victime;

· qui peut être intentionnel ou non et qui a pour effet de causer du tort à l’autre;

· où il y a un déséquilibre de force, c’est-à-dire un abus de pouvoir de la part d’un ou de plusieurs jeunes envers la personne;

· qui se répète dans le temps.

Le SILENCE est le meilleur allié des agresseurs. Si tu crois être victime ou si tu es témoin d’une situation d’intimidation ou de violence, parles-en à une personne en qui tu as confiance. Ne reste pas seul avec le problème.

 

Il existe plusieurs ressources à qui tu peux t’adresser. À l’école, il y a tes enseignants et toute l’équipe d’intervenants. Tu peux également dénoncer en toute confidentialité en utilisant :

La ligne téléphonique : 450-492-3619 poste 7867 (STOP)

L’adresse courriel : denonciation.A-Corbeil@csda.ca ou denonciation.Armand-Corbeil@csda.ca

 

Tu peux également t’adresser à des organismes comme Tel-Jeunes ou Jeunesse J’écoute.

Tu retrouveras dans ton carnet scolaire des informations pertinentes et les ressources disponibles (p.4, p.21).

Souviens-toi : DéNONcer ne veut pas dire « stooler »!

 

Yanik Labelle

Psychoéducateur

La cyberintimidation, c’est l’affaire de tous.

Dans le cadre du cours d’éthique et culture religieuse, les élèves de 2e secondaire de l’école reçoivent actuellement un agent de prévention du service de police de Terrebonne qui leur présente un atelier sur l’intimidation et la cyberintimidation.

L’agent amènent les élèves à distinguer conflit, violence et intimidation.

Les discussions suscitées visent à outiller les élèves dans le but de savoir comment réagir s’ils sont victimes ou témoins d’intimidation ou de cyberintimidation.

Et puis?

Toutes les formes d’intimidation sont blessantes, mais il y a certaines choses à propos de la cyberintimidation qui font en sorte que ça peut être encore plus dévastateur.

Qu’est-ce que je peux faire?

Arrête

Il peut être tentant de répondre aux textos, aux messages ou aux courriels, mais il est préférable de ne pas le faire. Prends une grande respiration et compte jusqu’à dix.

Sauvegarde

Si c’est un texto ou un courriel, ne le supprime pas. Si c’est quelque chose qui est affiché sur Facebook ou un autre réseau social, prends une capture de ton écran. Avoir des preuves peut aider à prouver ce qui est arrivé.

Bloque

Bloque l’expéditeur de ta boîte de messagerie. Déplace le message dans le courrier indésirable. Si tu ne sais pas comment bloquer quelqu’un à partir de ton téléphone, contacte ta compagnie téléphonique.

Dis-le

C’est important de parler à quelqu’un en qui tu as confiance de ce qui se passe, surtout si ça continue. Si on te menace, tu devrais contacter la police.

Souviens-toi que personne ne mérite de se faire cyberintimider et personne ne devrait passer au travers de ça tout seul. Si tu es vraiment préoccupé et que tu ne sais pas quoi faire, tu peux toujours appeler un intervenant de Jeunesse J’écoute : 1-800-668-6868.

 

Yanik Labelle

Psychoéducateur

Semaine de la prévention du suicide

VignetteepingleFacebook

Du 29 janvier au 4 février 2017 se tient la Semaine nationale de prévention du suicide. Cette semaine représente un moment idéal pour exprimer à ceux nous sont chers combien ils sont importants pour nous. Une petite pensée, un petit mot, même un simple sourire peut faire la différence.

Chaque jour, trois personnes s’enlèvent la vie au Québec. Ce ne sont pas seulement des familles, des amis ou des collègues de travail qui en souffrent; c’est toute une communauté qui est affectée par ces décès. Bien que le suicide soit un geste individuel, il s’inscrit dans un contexte plus large d’interactions entre la personne, sa communauté immédiate et la société en général.

Malheureusement, nous vivons encore trop souvent ce drame dans la solitude et le silence. La Semaine de prévention du suicide est l’occasion d’en parler en diffusant les ressources d’aide et en travaillant ensemble pour L’AQPS vous invite à vous engager activement dans votre milieu en sensibilisant vos proches, vos collègues ou vos employés. C’est ensemble, en étant davantage à l’écoute et en agissant en tant que communauté solidaire, que nous arriverons à renforcer le filet social autour des gens vulnérables pour éviter que les personnes qu’on aime ne glissent entre les mailles.

– Association québécoise de prévention du suicide

Nous vous rappelons que plusieurs ressources sont disponibles pour vous ou vos amis en cas de besoin :

À l’école : vos TES, la technicienne en travail sociale, le psychoéducateur, le psychologue.

Ressources externes :

Clinique des jeunes du CLSC: 450-471-2885
Centre de prévention du suicide: 1-866-APPELLE (277-3553)
Tel-Jeunes: 1-800-263-2266
Jeunesse J’écoute: 1-800-668-6868

Alexandre Taillefer, porte-parole

« T’es important pour nous »

Yanik Labelle

Psychoéducateur

css.php