Cœur d’encre, un classique à lire!

Virginie Lessard, critique littéraire

Paru en 2003 aux éditions Hachette, Cœur d’encre, est le premier tome d’une trilogie. Cornelia Funke, l’auteure, a su faire de ce roman de 624 pages un classique de la littérature fantastique jeunesse partout à travers le monde. Je peux affirmer que cet incontournable du genre fantastique a su me charmer.

Si vous désirez en apprendre davantage sur le genre fantastique, je vous invite à lire ma précédente critique sur Lady Helen : le club des mauvais jours d’Alison Goodman.

Cœur d’encre nous plonge dans l’univers merveilleux des livres et de l’amour de la lecture. On y raconte l’histoire de Meggie, une fillette de douze ans, qui sera embarquée dans une folle aventure, comme celles des romans, avec son père, Mo, le soir où un étrange personnage vient cogner à leur porte. Au cœur de ce récit se mélange notre monde avec celui d’un mystérieux livre qui semble être à l’origine de tout. Je n’en dis pas plus et je vous laisse vous-même découvrir le reste de l’histoire. Maintenant, sans plus attendre, voici ma critique de Cœur d’encre.

Tout d’abord, j’ai été charmée par ma lecture dès les premières pages. L’auteure a un style d’écriture doux, simple et harmonieux. On se sent transporté entre les pages du roman et on a l’impression de vivre nous-mêmes les événements du roman. L’auteure sait choisir les bons mots pour rendre la lecture fluide, bien transmettre les émotions et décrire les lieux de façon réaliste. Étant donné qu’il s’agit d’un livre jeunesse, la majorité du vocabulaire employé est simple et permet ainsi une bonne compréhension de l’univers du récit. Il ne faut pas confondre cette simplicité avec un manque de complexité, au contraire. Il s’agit plutôt d’employer des mots efficaces, mais poétiques, tout en étant faciles à comprendre pour tous les lecteurs. Si les mots sont simples, le vocabulaire n’en demeure pas moins riche et varié. Bref, grâce au style d’écriture de l’auteure, il est facile d’être transporté au cœur de l’histoire.

Ensuite, j’ai été enchantée par les personnages que j’ai rencontrés lors de ma lecture. Chacun possède une personnalité distincte et unique qui les pousse à agir comme ils le font. Chacun est différent et tous s’assemblent à merveille pour faire avancer l’histoire. On est en mesure de comprendre leurs problèmes intérieurs et les conflits qui les habitent, ce qui rajoute de la profondeur à leur personnalité. Les relations entre les personnages sont bien exploitées et on ressent les liens qui les unissent. Les méchants sont également traités de façon admirable par l’auteure. Ceux-ci, surtout Capricorne, sont pour moi parmi les meilleurs méchants de la littérature. Je comprends bien la fascination de Fenoglio (un autre personnage) pour Capricorne et ses hommes. Impitoyables, sans pitié, haineux, les méchants de Cœur d’encre ont tout pour faire peur. Pourtant, les héros ne se laissent pas décourager et, alors que cela pourrait être peu réaliste, la manière dont les héros font face à tant de brutalité est amenée de façon plus que réaliste par l’auteure. Bref, j’ai adoré faire la connaissance de ces personnages auxquels je me suis attachée.

Un autre point qui m’a particulièrement plu avec ce roman fut sa mise en page. Je sais que cela peut paraitre plutôt inusité, mais je vous assure que quiconque lit ce roman ne peut s’empêcher de tomber en amour avec la manière dont l’histoire est présentée. En effet, chaque chapitre débute par un extrait d’œuvre littéraire dont le sens est lié aux éléments du chapitre. Cet ajout est pour moi une grande richesse du roman, car j’ai adoré voir le lien entre les morceaux de littérature et l’histoire. Cela collait très bien avec l’ambiance générale du livre puisque celle-ci est centrée autour du monde des livres. Je dois également avouer que la plupart des extraits choisis proviennent d’œuvres que j’affectionne beaucoup. Je pense, entre autres, au Magicien d’Oz, de L. Frank Baum, qui est cité au début du chapitre 27. De plus, un autre aspect fantastique, ce sont les illustrations, faites par l’auteure, peuplant le récit. Loin de rendre le récit enfantin, celles-ci apportent une richesse à l’histoire et la complètent bien.

Finalement, j’ai adoré ma lecture et j’ai hâte de me plonger dans les tomes suivants. Ma lecture fut remarquable et j’ai adoré l’univers de Cœur d’encre. Heureusement pour les cinéphiles, cette fois, il existe une version cinématographique de l’œuvre. Sur ce, je vous souhaite de très bonnes lectures et on se retrouve dans une prochaine critique.

 

https://www.youtube.com/watch?v=AlSidBzLkh8

Imprimer

(Visited 359 times, 2 visits today)

À propos de l'auteur(e)

css.php