Marc Michaud

Ce qu’on peut vraiment faire pour la planète

Le 22 avril dernier avait lieu la journée mondiale de la Terre: cette journée qui célèbre mère nature et l’écologie.

Savez-vous ce que j’ai vu?

Des promotions spéciales en honneur de la Terre, des cupcakes décorés bleu et vert, de jolies publications Facebook avec des citations « Sauvons la Terre! » ou des photos Snapchat avec un beau petit filtre spécifiquement pour cette occasion.

Dites-moi en quoi ces messages aident notre environnement en destruction?

On est rendu à chercher de l’attention ou des profits en utilisant une journée qui sert à sensibiliser. Vous vous imaginé si l’on faisait la même chose avec le 11 septembre? Des rabais en magasin de vêtements en honneur des tours jumelles? Des filtres inspirés de la catastrophe pour décorer nos selfies si tristes?  Absurde, n’est-ce pas?

 

La journée de la Terre est une journée pour réveiller la population endormie sur notre situation actuelle. Les changements climatiques frappent à une telle puissance qu’ils détruisent des barrages.

 

Nous ne pouvons pas revenir en arrière, mais nous pouvons changer le futur en commençant par soi. J’aspire moi-même à être zéro déchet et j’affirme que plusieurs démarches peuvent être prises ici, à l’école secondaire.

 

Il est important de comprendre que ce n’est pas à la direction qu’il faut s’attaquer, mais à nous (bien que de l’aide serait toujours appréciée pour simplifier nos vies).

 

 

Premièrement, je vous encourage à réduire vos déchets dans vos boites à lunch. Au lieu de prendre des sacs de plastique, utilisez des plats réutilisables. Au lieu de prendre des jus en carton (qui viennent avec une paille), investissez dans de petites bouteilles remplissables.

Deuxièmement, vous avez du compost à la maison maintenant, utilisez-le. Au lieu de se plaindre qu’il n’y a pas de compost à l’école, apportez un plat pour mettre tous vos déchets biodégradables de la journée (ça ne sent rien si vous le mettez dans votre boite à lunch avec un « ice pack », promis).

Finalement, apportez vos plats à la cafétéria pour vos paninis. Cela est plus écologique que des quantités interminables de papier et ça passe un message en même temps.

 

Faites-moi confiance, allez-y une étape à la fois et on va tous réussir.

La Terre va aussi éventuellement être prise au sérieux.

 

Par Ariane Lefebvre

Un prof marquant…

« Dans mon temps, y’avait un vieux qui faisait jeune… »

 

Armand-Corbeil compte de nombreux enseignants bourrés de talent, qui marquent à jamais les élèves qui ont croisé leur chemin (certains avec des règles, d’autres pas…). Aujourd’hui, je vous parlerai d’un dégourdi, un fou qui m’a complètement pris au dépourvu au début de mon secondaire cinq… Un enseignant qui a su me faire rire 70 minutes par cours (on ne compte pas les cinq minutes de matière…), cinq jours sur cinq (une matière qu’on avait beaucoup trop souvent…), tout en me faisant pleurer au moins deux heures par soir (avec les deux, trois numéros à quarante-six lettres de nos devoirs…). Je parle bien évidemment du grand (très grand) « Bro » de Thomas (pardon aux générations futures qui ne connaîtront jamais ce duo infernal…improbable)… 

 

Sébastien Huot !

 

 

 


 

Soyons francs, si quelqu’un vous annonçait que vous alliez passer les 11π/6e de vos cours de mathématiques à écouter des histoires, à vous cultiver et à rire autant qu’à un spectacle d’humour… Vous lui demanderiez sans doute son numéro de cellulaire pour l’enregistrer dans vos contacts en tant que « Gars optimiste (à contacter tous les dimanches lorsque je n’arrive pas à oublier lundi…) ».

J’ai pourtant la joie de vous annoncer que c’est toute la vérité ! (mon numéro est le 514…)

 

Sébastien, je t’adresse un bon nombre de « mercis »…

  • Merci pour tes anecdotes interminables et fascinantes.
  • Merci pour tes jeux de mots absolument abominablement atrocement réfléchis.
  • Merci pour ta correction, toujours rapide et efficace.
  • Merci pour ton ironie.
  • Merci pour tes paroles sincères (et dures lorsque nécessaire).
  • Merci d’avoir débattu avec nous de tout (et de beaucoup de « n’importe quoi »).
  • Merci de nous avoir rappelé qu’un enseignant est en partie humain (en partie…).

Et, bien sûr… 

Merci de m’avoir fait découvrir que moins deux est égal à plus d’éléphants !

La chute de l’Empire romain – épisode 8

Odoacre et ses hommes, après avoir réalisé qu’ils étaient moins bien traités que les ennemis de l’Empire romain décidèrent de se révolter. Odoacre prit donc sous son propre commandement une bonne partie des barbares constituant l’armée romaine et incita les autres à le suivre. Les semaines se sont écoulées et ses troupes ont fini par former toute une armée.

La chute de l’Empire romain – Épisode 7

Avec son nom, Romulus Augustus englobe deux personnalités très importantes de l’Empire romain soit Romulus, qui se trouve à être le fondateur légendaire de Rome, et Auguste, le premier empereur romain. Proclamé empereur par son père, Romulus n’a jamais été considéré comme un véritable empereur romain. Il n’a jamais vraiment dirigé d’empire, le véritable dirigeant étant plutôt son père, Oreste. Romulus ne « régna » que quelques mois avant que ses ennuis commencent.

css.php