Histoire

Comment cesser la corruption actuelle en Somalie ?

De nos jours, on rencontre énormément de corruption au sein de notre société. Ce fait est particulièrement vrai dans les pays africains. Nous écrivons alors cet article dans le but d’informer les gens de cette corruption et allons proposer des solutions qui pourrait être mises en place dans le but de réduire la mauvaise gestion en Somalie particulièrement. En effet, ce pays est reconnu pour être l’un des plus corrompus à travers le globe. 

 

Tout d’abord, nous allons formuler des hypothèses sur la ou les raisons de la corruption en Somalie. Notre première hypothèse est la suivante: puisqu’il y a beaucoup de sécheresse en Afrique, comme on a pu en être témoin en 2019 par exemple, la nourriture y est manquante ainsi que tous les besoins de bases pour survivre. Donc, les Somaliens sont prêts à tout pour en obtenir et même à entreprendre des activités illégales et à corrompre leur propre gouvernement juste pour avoir accès à ces besoins primaires chez l’homme. 

 

Notre deuxième hypothèse prend en compte que le pays est, de nos jours, extrêmement pauvre et  n’ayant pas d’argent, il est largement faisable pour une personne mal intentionnée de proposer certaines sommes d’argent au gouvernement pour que celui-ci ferme les yeux sur des actes illégaux . De plus, dans l’optique où les habitants ne font également pas beaucoup d’argent, il est très facile de les manipuler et de les empêcher d’intervenir, car ceux-ci n’ont pas les moyens de se battre pour leur propre droit et une personne n’ayant pas d’argent n’a pas son mot à dire dans la société actuelle. 

 

La corruption en Somalie cause beaucoup de dégâts dans ce pays tels que le fait que “L’élection du président de la Somalie ne s’effectue pas par suffrage universel direct, mais plutôt par les votes des 275 députés et des 72 sénateurs.1 Ces parlementaires ont été élus par seulement 14 000 personnes qu’on a désignées pour le faire. Cette élection n’est alors pas entre les mains de la population. Ceci démontre la mauvaise représentation du peuple dans la politique, ce qui est source de corruption. Cela fait en sorte que le gouvernement, ayant été élu de manière malhonnête, gagne le droit d’imposé seul ce que bon lui semble sans que la population n’ait son mot à dire. Cette démarche semble être ce qu’on pourrait appeler une dictature. 

 

De plus, lorsqu’un état est corrompu, cela engendre des complications énormes dans la croissance économique de celui-ci. En effet, puisqu’on utilise certaines sommes d’argent dans le but de corrompre, et non dans les services que le pays offre, la Somalie avance très peu en ce qui concerne croissance au niveau économique Ils n’investissent pas l’argent aux bons endroits et ainsi la Somalie restera en retard de développement tant que celle-ci aura encorece taux de corruption alarmant. 

 

Tout d’abord, il faut comprendre que la population de Somalie est facile à corrompre pour une personne mal intentionnée. En effet, les Somaliens ont très peu d’argent, ce qui rend la tâche facile lorsqu’on leur en offre un peu. “Le PIB par habitant en 2018 était 314,54 USD”2 , ce qui est très bas par rapport au Canada, qui avait, dans cette même année, un “PIB par habitant de 46 232,99 USD”. Puisque les citoyens de ces états sont relativement pauvres, ils n’ont pas de pouvoir d’achat très important et leurs opinions sont par conséquent délaissées. Les habitants ne peuvent alors pas réellement intervenir lorsqu’il y a corruption.  On observe alors une détérioration de l’éthique économique dans le pays et personne ne s’y oppose. En résumé, le pays complet devient sans lois et les gens avec de l’argent possèdent tous les pouvoirs, ce qui fait un effet de jungle. à

 

Pour réduire les conséquences de la corruption en Somalie, il faut d’abord se pencher à la source même du problème. Il faut alors se demander les moyens qu’on pourrait emprunter pour diminuer la corruption en tant que telle et la malhonnêteté de l’état envers sa population. La solution serait de rendre les élections plus démocratiques. Cette démarche aurait pour conséquence d’avoir une meilleure représentation de population au niveau parlementaire. Ceci entrainerait une meilleure cohésion au sein de la société en Somalie. Dans le but d’avoir cette organisation politique plus structurée, nous proposons de subventionner le pays ce qui réduirait les pots de vin qu’on accepte en échange de malhonnêteté. 

 

En conclusion, notre deuxième hypothèse sur la raison de la corruption en Somalie proposait que le pays, étant pauvre, a du mal à empêcher ces entourloupes. Cette hypothèse est confirmée puisque le pays, étant peu développé, a du mal à investir dans la lutte contre la corruption. C’est-à-dire qu’un citoyen voulant abolir les malhonnêtetés dans son pays n’a pas les ressources nécessaires pour venir à bout de ceux-ci, donc ses efforts seraient  vains. Ainsi, la solution que nous avons trouvée pour vaincre ce problème est de financer le pays. Ce financement réduira leur besoin vital d’argent et donc diminuerait la corruption dans ce pays africain. 

 

Article écrit par : Mathieu Guérin et William Roger 

La navette spatiale Challenger et la pensée de groupe

En 1986, 73 secondes après le décollage, la navette Challenger a explosé, causant la mort des sept membres de l’équipage, George JavisChrista McAuliffe, Ronald McNair, Ellison Onizuka, Judith Resnik, Francis Cobee et le capitaine Michael Smith. La Commission Rogers, qui a inspecté la cause de l’incident, a trouvé que c’était à cause de plusieurs facteurs, dont le décollage en hiver qui a fait perdre l’élasticité des joints toriques. Il semble que l’accident pouvait avoir été évité si la NASA ne l’avait pas négligé. 

 

 

La question est, pourquoi ont-ils négligé toutes les erreurs? Cela pourrait être résolu en regardant de plus près la pensée de groupe. Il peut être aussi connu sous le nom de biais de conformisme, dans lequel les personnes ont tendance à approuver des opinions qui sont contre les leurs, simplement pour éviter de créer des tensions et un manque de consensus entre eux. 

https://www.youtube.com/watch?v=vNcWu9X_M6A

Cela peut donc mener à une décision irrationnelle ou immorale, pouvant la rendre dangereuse. Iriving Lester Janis a été le premier à utiliser le mot « pensée de groupe » et a publié quelques livres à propos de cela, comme « Victims of Goupthink » (Victimes de la pensée de groupe) et « Groupthink : Psychological Studies of Policy Descision and Fiascoes » (Pensée de groupe: études psychologiques des décisions politiques et des fiasco). 

 

Il a aussi décrit la pensée de groupe comme suit:

« J’utilise le terme de pensée de groupe comme un moyen rapide et facile de faire référence au mode de pensée dans lequel les personnes s’engagent lorsque la recherche de la concurrence devient si dominante dans un endogroupe cohésif qu’elle tend à passer outre l’évaluation réaliste des autres modes d’action. La pensée de groupe est un terme du même ordre que les mots du vocabulaire novlangue que George Orwell a utilisé dans son monde consternant de 1984. Dans ce contexte, la pensée de groupe prend une connotation désagréable. Une telle connotation est exactement voulue, car le terme fait référence à une détérioration de l’efficacité mentale, des tests de réalité et des jugements moraux à la suite de pressions de groupe. » 

 

Et a continué avec : 

« Le principe fondamental de la pensée de groupe, que j’offre dans l’esprit de la loi de Parkinson, est le suivant: « Plus il y a d’amabilité et d’esprit de corps parmi les membres d’un endogroupe politique, plus grand est le danger que la pensée critique indépendante soit remplacée par la pensée de groupe, qui est susceptible d’entraîner des actions irrationnelles et déshumanisantes dirigées contre des groupes externes «  » 

 

Les gestionnaires de la NASA ont voulu offrir du divertissement pour les Américains, et puisque que le Challenger avait des complications, ils ont été forcés de retarder le décollage d’une semaine. Pour eux, cela voulait dire également de retarder le divertissement. Ils ont fini par ignorer leurs ingénieurs qui les avertissaient des dangers que pouvait avoir un décollage en basse température. La Commission Rogers a beaucoup critiqué la décision qu’ils ont pris : 

 

« [Ces] échecs dans la communication […] ont abouti au fait que la décision de lancer le 51-L était basée sur des informations incomplètes et parfois trompeuses. Un conflit entre les données d’ingénierie et les choix de gestion ainsi que la structure de gestion de la NASA, ont permis que les problèmes de sécurité internes au vol passent outre les décisions de personnes chargées du vol. » 

William Rogers, à droite, président de la commission présidentielle enquêtant sur l’accident de la navette Challenger, devant le sous-comité sénatorial des sciences, de la technologie et de l’espace sur Capitol Hill à Washington.

 À la suite de cet accident, La NASA a décidé de s’appliquer dans les neuf recommandations de la Commission pour améliorer la sécurité de la programmation d’une navette spatiale. Les calendriers de décollage trop chargés ont été remplacés par ceux plus réalistes, et ils ont commencé à préférer de lancer des satellites au moyen de lanceurs plutôt que des navettes. Toujours en respectant les recommandations de la Commission, ils instaurèrent un « Bureau de sécurité, de fiabilité et de l’assurance qualité », qui rapportera ses comptes directement à l’administrateur de la NASA. Néanmoins, tous ces changements n’étaient ni profonds, ni durables, et le même accident se répéta avec la navette spatiale Columbia, semant le doute quant à la gestion de la sécurité au sein de la NASA. 

The Crown : La réaction de la famille royale

Depuis quelques années, une série Netflix nommée The Crown fait fureur auprès des téléspectateurs. Cette série est vaguement inspirée par la vie de la reine Élisabeth II, l’actuelle monarque, et les évènements qui se sont passés durant son règne. Au cours des années, la série a parfois choqué puisqu’elle abordait des sujets plus sensibles pour les membres haut-placés dans l’institution qu’est la famille royale. Cela s’est plus concrétisé à la sortie de la dernière saison puisqu’elle introduisait un nouveau personnage: Diana spencer. Suite à cela, plusieurs membres de la famille royale ont confié ce qu’ils pensaient vraiment de cette série dramatique.  


 

Qu’est-ce The Crown?  

The Crown est une série fictionnelle inspirée par l’histoire. Cela signifie que la série ne peut pas être considérée historiquement précise. Ceci est dû au fait que la série montre la réaction de cette famille très célèbre face à des évènements historiques et des conversations que celle-ci aurait entretenues, mais que personne n’a jamais confirmé ces réactions ou ces conversations. Ceux-ci sont imaginés par les scripteurs de la série. 

 

La réaction de lreine  

Selon la princesse Eugénie, la reine aurait regardé la première et la seconde saison de la série et les aurait appréciées. Cependant, Donal McCabe, qui est chargé de la communication de la reine Élisabeth II, a précisé que« La famille royale n’a jamais accepté ni approuvé le contenu et n’a pas été consultée par savoir quels sujets seraient traités. Jamais elle n’exprimerait sa vision concernant la pertinence du programme. » Donc, la reine apprécierait cette série, mais trouve cela important que les téléspectateurs sachent que cette série n’est pas complètement véridique. 

 

La réaction du Prince Harry  

L’ancien membre actif de la famille royale a mentionné, durant sa récente interview avec Oprah Winfrey, que lui et sa femme, Meghan Markle, avait écouté quelques épisodes de The Crown. Nous ne savons cependant pas s’ils ont apprécié ou non la série. L’homme qui vient tout récemment d’officialiser son retrait officiel de la famille royale, se dit plus heureux avec la série qu’avec les journaux. Dans un interview avec James Corden, il confie que la série donne une idée d’ensemble de la pression qui vient avec le fait de faire partie de la famille royale. Le prince Harry mentionne aussi que la série montre comment c’est de devoir mettre le service et le devoir par-dessus tout, y compris la famille et ce qui peut venir de cela. Il dit qu’il se sent plus confortable de ce qu’il voit dans la série que les histoires qu’il lit à propos de sa famille dans les médias puisque les médias rapportent ce qu’ils écrivent comme étant des faits tandis que la série rapporte ce qu’elle montre comme étant de la fiction inspirée par des évènements historiques 

 

La réaction du Prince William  

Pour ce qui en est du frère de Harry et du deuxième dans l’ordre de succession au trône, il a confié à Olivia Colman, l’actrice qui représente la reine dans les saisons 3 et 4, qu’il n’avait jamais regardé la série. Il semble bien que le Duc de Cambridge ne compte pas regarder cette émission tant appréciée du public de sitôt 

 

La réaction des proches des membres séniors  

Pour ce qui en des membres que nous ne pouvons pas qualifier de séniors, plusieurs d’entre eux affirment avoir écouté la série. La princesse Eugénie, la petite-fille de la reine, et la princesse Anne, la fille de la reine, affirment avoir écouté quelques épisodes et avoir apprécié les émissions qu’elles avaient regardées. Pour d’autres, comme Zara Tindall, la fille de princesse Anne, elle a raffolé de la série. En effet, cette dernière confie qu’elle et son mari sont devenus de fidèles spectateurs de la série et qu’ils attendent les futurs épisodes avec impatience. 

 

Éliza Nadeau 

 

 

Sources 

https://fr.wikipedia.org/wiki/The_Crown_(série_télévisée)  

https://www.youtube.com/watch?v=7oxlCKMlpZw  

https://histoiresroyales.fr/critique-saison-3-the-crown-reaction-reine-elizabeth-buckingham/  

https://www.pointdevue.fr/familles-royales/royaume-uni/qui-sont-les-membres-de-la-famille-royale-qui-regardent-crown_4320  

https://www.cbs.com/shows/oprah-with-meghan-and-harry-a-cbs-primetime-special/?cbsclick=3i8VbyUgRxyLRVWxU-SAVSQkUkEVmUw3P1rNUY0&vndid=10078&clickid=10078&sharedid=townandcountrymag.com&ftag=PPM-09-10aag1f&dclid=CPz5_sHYsO8CFUlmcgodgUYPeQ  

 

 

 

 

Femmes fortes

Vous-êtes vous déjà demandé ce qui changeait un mode de pensée défectueux? Comment nous les femmes avons obtenu nos droits, et ceux-ci égaux à ceux des hommes? Comment nous avons changé une société patriarcale? C’est parce que certaines personnes se sont levées et pas uniquement pour aller scander dans les rues en brandissant une pancarte. Parce que c’est honorable de penser que nous, êtres humains, sommes égaux. Mais c’est héroïque de se battre contre ce qui est injuste.

Des millions d’injustices ont été commises, mais peu de personnes ont trouvé le courage de s’y opposer avec férocité. Toutefois avant d’aller plus loin, je vous préviens….

Si…

– Vous détestez les femmes;

– Vous êtes sexiste;

– Vous êtes convaincu que l’homme a plus de droits que la femme;

cet article n’est définitivement PAS fait pour vous!

Sinon, j’espère que vous aimerez cet article.  Bonne lecture!

Étant donné qu’il existe énormément de femmes courageuses, je ne pourrai malheureusement pas toutes les nommer, seulement certaines seront nommées dans cet article.

Olympe de Gouges

Cette pionnière a vu le jour en 1748 à Montauban en France. Malheureusement, elle meurt en 1793, âgée seulement de 45 ans. Sa mort n’était pas naturelle, bien au contraire. On l’a guillotinée à Paris. Pourquoi? Pour la simple raison qu’elle voulait revendiquer l’égalité des droits entre tous et toutes. Pour elle, le genre ou la couleur n’importait pas le moins du monde. Selon elle, une femme était tout aussi capable de remplir les tâches qu’un homme devait remplir. Grâce à ses efforts acharnés, elle réussit à ce que les femmes soient admises dans une cérémonie à caractère national, la fête de la loi du 3 juin 1792 et ensuite à la commémoration de la prise de Bastille. De plus, elle continue à se battre en écrivant des pièces de théâtre comme ‘’Nécessité du divorce’’, une pièce servant à implanter l’idée qu’un couple ait le droit de se séparer. Elle a aussi écrit ‘’Le couvent ou les voeux forcés’’. C’était une auteure dramatique, une journaliste, une philosophe, une écrivaine, une féministe et une femme politique.

Elle a été exécutée, car elle ne protestait pas seulement contre l’égalité des femmes, mais contre l’esclavagisme et pour l’assainissement des hôpitaux et des maternités.

 

Rosa Parks

Cette femme extraordinaire naît le 4 février à Tuskegee en Alabama. C’est un symbole de la lutte contre le racisme. Étant donné qu’elle était afro-américaine, elle a dû subir le racisme aux États-Unis. Elle a montré son courage et sa détermination pour la première fois le 1er décembre 1955 à Montgomery (Alabama) dans un autobus, lorsqu’elle s’était opposée à l’infériorité des Noirs. Elle s’y révolte en ne concédant pas sa place à un passager blanc. Par la suite, grâce au soutien de Martin Luther King (pasteur), ils lancent une campagne de protestation et de boycott de la compagnie de bus Montgomery. Ce mouvement dure 380 jours, donc un peu plus d’un an.

Un an après le 1er décembre 1955, la Cour suprême des États-Unis décide d’abolir les lois ségrégationnistes dans les bus, en affirmant qu’elles étaient anticonstitutionnelles. Bref, les Blancs n’étaient pas privilégiés par rapport aux Noirs, dans les autobus.

 

 

Meaza Ashenafi

Cette femme d’origine éthiopienne est née en 1964. Elle est avocate, spécialiste du droit des femmes (droits revendiqués par les femmes), fondatrice de l’association éthiopienne des femmes juristes et de la banque Enat. Elle a fait ses études en droit à l’université d’Addis-Abeba. C’est la seule fille sur cinquante hommes. Dans la promotion 1986, c’est l’unique femme à sortir de l’université avec un diplôme en droit.

De 1989 à 1992, elle est juge à la Haute Cour où elle s’occupe d’affaires criminelles. Elle cesse de travailler en tant que juge lorsqu’elle envoie un homme en prison pour un an, sans avoir connaissance de sa situation: huit enfants et un petit salaire. Elle décide de rédiger la première constitution de l’Éthiopie, portant sur les droits des femmes et des enfants. Elle crée beaucoup d’autres organisations visant souvent à protéger les droits des femmes ou des enfants.

Elle a refait des études en 2005 à l’université du Connecticut et a été diplômée en relations internationales en droits des femmes.

 

Emily Brontë

Emily Brontë est une célèbre auteure anglaise, ayant révolutionné la littérature. Son unique roman: Les hauts de Hurlevent avait une avance incroyable sur son époque. Il a été nommé par William Somerset Maugham dans son essai Ten novels and theirs authors. Ce romancier considère que le roman de Brontë est parmi les dix meilleurs romans. On dit d’elle que c’est une romancière et poétesse britannique, mais à mon sens, c’est une femme courageuse qui a défié les interdits et les tabous de son époque, et c’est pourquoi je tenais à la mentionner brièvement.

Malheureusement, elle n’a vécu que 30 ans. Elle est morte de la tuberculose le 19 décembre 1848.

 

Thérèse Casgrain

Thérèse Casgrain est une féministe, un réformatrice et une femme politique québécoise. Elle a énormément contribué au droit de vote des femmes et à la possibilité de se présenter comme candidat à des élections en étant une femme. C’est la première femme qui dirige un parti politique.

Lorsqu’elle était plus jeune, elle désirait de tout coeur aller à l’université, mais son père n’était pas chaud à cette idée. Il était d’avis qu’elle gagnerait plus à apprendre à gérer une maison, étant donné qu’elle deviendrait un jour une épouse, et qu’elle devait honorer sa famille.

À partir de 1921, elle dirige le Comité provincial pour le suffrage féminin. En 1922, elle est membre d’une délégation du CPSF. Elle sera plus tard élue présidente de ce groupe. Elle continue de travailler à la sueur de son front pour le droit de vote des femmes.

 

 

Irma Levasseur

C’est la quatrième femme médecin québécoise. De plus, c’est une des fondatrices du Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine et de l’Hôpital Enfants-Jésus.

Elle étudie la médecine aux États-Unis et obtient son diplôme en 1900. Elle revient au bercail, mais ne peut pratiquer la médecine au Québec. Elle décide donc de s’en aller pratiquer son art qu’est la médecine à New York. Elle retente le coup en revenant au Québec, et tente d’obtenir une licence des médecins et chirurgiens de la province de Québec. Elle finit par acquérir son droit de pratique et c’est ainsi qu’elle devient la quatrième femme à pratiquer la médecine au Québec.

 

 

Ruth Bader Ginsburg

Cette femme faisait partie de la Cour Suprême des États-Unis jusqu’au 18 septembre 2020. Ce jour est celui de sa mort. C’était une femme extraordinaire, avec énormément de courage, d’intelligence et de persévérance. Elle était complètement opposée à Trump et représentait un obstacle face à sa réélection. Elle était une avocate, juriste, universitaire et juge américaine. Tous ses efforts ont été récompensés, car c’était la deuxième femme nommée à la plus haute juridiction fédérale. Elle a reçu une médaille d’or de l’American Academy of Achievement en 1995, un Jefferson Awards for Public Service, catégorie prix du sénateur John Heinz pour services exceptionnels par un élu ou nommé, en 2011, un prix des quatre libertés de Roosevelt dans la catégorie médaille de la liberté, en 2015, une médaille Brandeis, en 2016 et un prix Genesis dans la catégorie accomplissements d’une vie, en 2018.

Bref, c’est une femme qui a énormément donné pour la cause des femmes. Elle a travaillé d’arrache-pied pour réussir à se tailler une place dans un monde autrefois dominé par les hommes. J’espère qu’on se souviendra d’elle dans plusieurs centaines d’années.

 

En conclusion, j’espère qu’on se souviendra de toutes ces femmes qui se sont battues pour les générations futures. Que ce soit pour le racisme, le sexisme, elles n’ont jamais arrêté d’essayer de rendre ce monde plus juste, plus libre et moins porté à rentrer tout le monde dans des cases qui vont finir par brimer la personne que nous sommes, de peur de choquer. Je les remercie infiniment de s’être défendues bec et ongles pour rendre la race humaine moins conservatrice.

Merci à Olympe de Gouges d’être allée si loin dans sa conception de ce que pourrait être la société qu’elle y a laissé la vie.

Merci à Rosa Parks d’avoir refusé de se lever.

Merci à Meaza Ashenafi d’avoir eu une détermination de fer.

Merci à Emily Brontë d’avoir osé.

Merci à Thérèse Casgrain d’avoir défié ceux qui tentaient de l’arrêter.

Merci à Irma Levasseur d’avoir ignoré les barrières de l’époque.

Merci à Ruth Bader Gingsburg d’avoir persévéré.

Enfin, merci à toutes pour leur immense courage.

 

Par Raphaëlle Lacasse

La St-Valentin

Je ne sais pas si vous avez une fête que vous préférez des autres. Peut-être l’Halloween ou peut-être la St-Jean-Baptiste?  Si la vôtre est la St-Valentin, vous allez être servis puisque le texte suivant explique les origines de cette merveilleuse fête de l’amour.  

 

D’où vient la St-Valentin, exactement? 

La St-Valentin, outre qu’elle porte le nom d’un prêtre catholique, est une fête d’origine païenne, romaine pour être plus précis.  

Ces derniers célébraient cette fête le 14 février en honneur de la reine des dieux romains, Juno Fructifier. Un des rituels était que toutes femmes et filles devaient mettre leurs noms dans une boîte et les hommes et garçons devaient piger un nom pour former un couple.  Le couple devait donc ensuite passer le reste de la fête ensemble. Tout cela était fait pour que la population ait une hausse de fertilité. Ce ne sera qu’en l’an 469 que le Pape Gelasius déclara le 14 février une journée chrétienne, comme Noël. 

 

Mais c’est qui, au juste, Saint-Valentin?  

 

Par rapport à plusieurs histoires romaines, l’empereur romain, Claudius II, avait banni le mariage pour les jeunes puisque plusieurs hommes utilisaient cette excuse pour ne pas aller à la guerre ou faire leur travail dans l’armée, tandis que les jeunes hommes célibataires pouvaient le faire. Le prêtre catholique St-Valentin sera surpris en train de célébrer des mariages dans le dos du gouvernement romain et sera condamné à la peine de mort. Avant d’être exécuté, il alla apparemment voir les jeunes nouveaux mariés pour leur dire que l’amour, que ce soit entre amis ou entre âmes sœurs, gagnera toujours. Plusieurs pensent que c’étaient les premières lettres de la Saint-Valentin. De plus, l’exécution du prêtre se fera le 14 février 296 de l’ère chrétienne.  

 

Amour pour la St-Valentin 

Ce ne sera qu’à la Renaissance, au XIVe siècle, que la Saint-Valentin sera reconnu comme étant la fête de l’amour et de la vie, au lieu de la foi et la mort, puisque plusieurs personnes se rebellaient des règles et lois imposées, puis plusieurs auteurs et poètes ont commencé à écrire des choses sur l’amour, la vie, la sexualité et la création de l’humain (le sexe). De plus, la Grande-Bretagne pensait avoir trouvé l’origine de cette fameuse fête puisqu’elle pensait que les oiseaux prenaient cette journée précise pour s’accoupler. 

 

En conclusion, nous pouvons donc nous rendre compte à quel point la Saint-Valentin vient de plusieurs origines tout aussi intéressantes les unes que les autres. Et vous, comment allez-vous célébrer cette fête sacrée?  

 

Par Alexy Fortin

L’incroyable histoire de la mode à travers les âges

La mode vestimentaire a énormément changé à travers les âges. Moi-même n’étant pas quelqu’un qui s’intéresse particulièrement à la mode, j’ai beaucoup appris en faisant des recherches et j’ai pu constater certaines choses en observant les caractéristiques de la mode vestimentaire à chaque époque. Je vous présente donc le fruit de mes recherches.

Au temps de la préhistoire

 

Durant la préhistoire, la mode n’était pas vraiment présente : les vêtements avaient une utilité autre, plus fonctionnelle que celle qu’on leur connaît aujourd’hui. Néanmoins, on voyait apparaître un très mince début de ce qui allait devenir la mode alors qu’ils décoraient leurs vêtements de plumes et d’os sculptés. Bref, on voyait à peine poindre la tendance vestimentaire.

 

 

 

Au 14e siècle (vers 1300)On réalise un grand bond dans l’Histoire pour se retrouver au 14e siècle, en France. À cette époque, la mode existe uniquement dans l’aristocratie, c’est-à-dire chez les nobles. Les robes et les costumes rivalisent d’élégance et de volupté avec des tissus précieux et des accessoires clinquants. Ce sont surtout les hommes qui se maquillent, pour se donner un teint pâle, et tous se parfument beaucoup, étant donné que l’on ne se lave pas.

Au 19e siècle (vers 1800)

C’est à cette époque que l’on voit apparaître un véritable début de la mode, lorsque le designer Charles Frederick Worth, un franco-britannique, fait défiler ses créations sur de vrais mannequins, pour constituer le premier défilé de mode de l’Histoire de la Haute Couture.

 

 

Vers 1920

MODE ANNÉES 20 CHARLESTON

Durant cette période surnommée les années folles, la mode est aux cheveux courts et aux vêtements confortables afin de représenter les femmes comme indépendantes. Le jour, elles s’habillent de façon masculine et sobre tandis que le soir, elles sortent robes élégantes et bijoux extravagants. C’est dans les années 1900 jusqu’à 2000 que l’on voit émerger certains des plus grands couturiers de tous les temps : Coco Chanel, Yves St-Laurent, etc. Le noir, qui était réservé aux funérailles, entre dans les garde-robes courantes, tout comme les paillettes et les perles de verre, très présentes sur les robes.

 

 

 

La Seconde Guerre Mondiale (de 1939 à 1945)

 

Durant la Seconde Guerre Mondiale, les femmes tentent de conserver leur élégance tout en faisant preuve d’ingéniosité avec les matériaux restreints : les rideaux deviennent des robes et la mode passe de la jupe longue à la jupe plus courte, juste sous les genoux, puisqu’on manque de tissu. Le chapeau devient également un symbole important de la mode de l’époque. On qualifie cette période historique de « frénésie de luxe » et les vêtements destinés aux femmes sont tournés vers la féminité.

 

 

 

L’après-guerre, 1960 et 1970

Top en laine, Michael Kors Collection. Jupe en crêpe de coton, Altuzarra au Bon Marché rive Gauche. Boucles d’oreilles, Dior Joaillerie.

En 1946, on tente d’implanter le bikini et le maillot de bain deux pièces chez la femme : au début, il est interdit sur de nombreuses plages européennes mais peu à peu, il s’intègre à la garde-robe jusqu’à ce que, en 1967, plus de 67% des femmes américaines l’adoptent. C’est également durant cette même année que le tee-shirt et le jean font leur apparition en France. Il devient rapidement populaire et est porté tant par les hommes que par le femmes. En 1960, la mini-jupe, qui monte au-dessus du genou, fait son entrée. Hélas, ce vêtement qui nous est commun aujourd’hui crée bien des réactions négatives. Finalement, les seventies marquent le début des pantalons pattes d’éléphant, des robes romantiques et des vestes frangées. Le port du pantalon devient unisexe en 1970 et les femmes portent leurs cheveux aussi courts que longs. Le jean restera longtemps indémodable.

 

 

 

Vers 1980 et 1990

La mode des années 1990

En 1980, la mode rebelle envahit les boutiques : couleurs fluos, épaulettes… C’est également là l’avènement des premiers « top models », les visages de la mode. Par la suite, la mode prend un courant flash : les chaussures à semelles compensées, les jeans taille haute, les chouchous colorés et les coupes de cheveux radicales sont très populaires. On voit aussi un côté plus féministe et plus provocant de la mode. On cherche à faire réagir avec des excentricités, et on veut faire ressortir la taille fine avec des épaulettes surdimensionnées. On retrouve donc des périodes disco, pop, sportswear et rock/gothique durant cette même décennie.

Vers 2000

On s’inspire de la mode des années 2000, Christina Aguilera

C’est l’émergence des marques de vêtement, comme Adidas et Puma. Porter des vêtements de marques est extrêmement important pour la majorité des consommateurs, c’est pourquoi on retrouve une grande sélection des vêtements de marques dans les magasins. L’aspect est peu important; la marque est cruciale. Le style est au métallique : ceintures cloutées, strass, bracelets, etc. Les chandails courts et moulants font également partie intégrante de la mode de l’époque. Les lunettes de plastique colorées, les pantalons larges et les couleurs vives : c’est la mode de 2000.

 

 

SHANNEN DOHERTY, SUBLIME SORCIÈRE DE CHARMED VÊTUE DE SON TOP ASYMÉTRIQUE FAÇON TRIANGLE

 

De nos jours, avec Internet, on peut commander nos vêtements directement en ligne et les avoir par livraison rapide. À travers les âges, on a peu à peu troqué l’élégance pour le pratique. La mode et les vêtements sont surtout une façon de démontrer ce que nous aimons et pour montrer une appartenance à un groupe quelconque. Les jeans déchirés, les chandails moulants et les pantalons courts font partie de la mode que nous vivons au quotidien. Quelle sera la prochaine ? Seul l’avenir le sait.

 

Par Amélia Gélineau

 

 

 

 


Sources

https://www.portaildelamode.com/histoire-mode/

www.elle.fr/Mode/Histoire

http://lamodemarquelesjeunes.wordpress.com/2016/03/02/la-mode-a-travers-les-decennies/

Le patrimoine, un choix à faire

Avez-vous un patrimoine familial ? Il peut être constitué d’objets, comme des bijoux, de l’argenterie, des collections, etc., ou il peut être immatériel, c’est-à-dire qu’il ne peut pas être vu ni touché, tels des valeurs, des récits, des traditions religieuses ou des coutumes familiales… Avec toutes ces générations passées qui ont laissé leurs traces, le patrimoine est très présent dans notre culture et nos sociétés contemporaines. Cependant, de nombreux points de vue s’opposent quant à cette question : doit-on conserver ou rejeter le patrimoine ?

Avant de commencer à débattre, il faut connaître les différents types de patrimoine. Ces sujets, si l’on a des affinités particulières avec eux ou s’il ont une grande importance à nos yeux, peuvent nous aider à faire un choix plus éclairé. On peut être pour le rejet du patrimoine religieux, par exemple, mais vouloir conserver le patrimoine culturel.

Le patrimoine religieux

Le patrimoine religieux est le terme général utilisé pour désigner toute forme de religion, qu’elle soit matérielle ou immatérielle. Il comprend donc les lieux de culte, les statues, les sculptures et œuvres à connotation religieuse, les blasphèmes, les traditions, les règles et les récits religieux, les valeurs transmises par la religion et bien d’autres. Cet ensemble est considéré comme un patrimoine, car la religion est en déclin et il y a de moins en moins de croyants pratiquants. Les lieux de culte comme certaines églises sont vides et demandent de l’entretien et de l’argent pour être gardés en bon état. Cet argent était jadis issu de la dîme, une sorte de «taxe» que les pratiquants devaient payer, mais aujourd’hui, elle n’existe presque plus. Des moyens extrêmes doivent être mis en place pour faire subsister ces lieux inutilisés : certains d’entre eux ont été transformés en bibliothèque, en centre d’escalade ou même en jardin vertical urbain. Des agents immobiliers y voient une chance de reconstruire et de faire profiter les habitants à la recherche d’un foyer. Par contre, ceux qui y accordent une importance ne veulent pas voir ces endroits détruits.

 

 

Le patrimoine familial

Le patrimoine familial est quelque chose qui se transmet de génération en génération, comme tout patrimoine, mais dans la lignée d’une famille. Parfois, cela peut remonter à nos lointains ancêtres. Dans d’autres cas, à un grand-père ou une grand-mère qui a offert un objet à nos parents et qui, eux, nous le transmettront à notre tour ainsi de suite. Le patrimoine familial est propre à chacun : chaque famille a le sien et il est différent des autres. Il peut être légué en héritage, ce qui permet parfois aux gens de posséder des objets qui ne sont plus sur le marché, très rares ou encore que l’on ne peut plus obtenir de nos jours. Par exemple, des voitures des années 1900 toujours fonctionnelles et bien conservées ou des bijoux de grande valeur.

 

Le patrimoine culturel

Le patrimoine culturel est principalement composé d’éléments immatériels. Ces éléments sont propres à une culture: la langue, les traditions spécifiques d’un peuple ou d’une civilisation, les arts, etc. Quand un peuple disparaît, sa culture, et donc par conséquent son patrimoine culturel, disparaît avec lui. On peut choisir de le conserver en continuant à parler cette langue qui fait partie de notre culture, en continuant à participer aux traditions et en se rassemblant avec ceux qui partagent ces caractéristiques.

Il est important d’être informé sur le sujet, car ce sera à nous de prendre la décision, et sous peu : ce choix déterminera ce qui sera inchangé et ce qui sera envoyé au recyclage. Quelle que soit notre future décision, les souvenirs et les récits, s’ils se transmettent, seront là pour nous rappeler le passé. Qui sait, peut-être que ce choix mènera à un grand renouveau.

Si le nombre d’avantages et d’inconvénients peut sembler inégal et ainsi donner l’impression d’un choix préfait, il faut également prendre en compte l’importance que chacun accorde à chaque patrimoine et utiliser son esprit critique. Lors d’une décision d’aussi grande envergure, il faut non seulement choisir pour soi, mais aussi penser aux autres, accepter les différents points de vue et les comprendre, et surtout, être tolérant face aux autres. Le choix qui sera pris ne conviendra pas à tout le monde : des compromis et des ententes seront nécessaires.

Bref, un tri devrait être fait. Certains éléments seront gardés, et d’autres, délaissés. Et ce, pour une simple raison: vivre en société, cela inclut de ne pas toujours être satisfait des choix, mais d’assumer ses responsabilités et ses opinions face à certaines situations. Que ce soit à notre préférence que la décision ait aboutie ou non, il faut se rappeler qu’elle a été basée sur les votes et les convictions des gens qui ont participé à la délibération. Et ces gens, ce sera nous plus tard.

 

Par Amélia Gélineau

Et si Hitler avait remporté la Seconde Guerre Mondiale?

 

Étrange question, n’est-ce pas? Ce qu’on ressent aussi est étrange lorsque notre imagination visualise les différents chemins qu’aurait pu prendre le cours des choses. Aujourd’hui, c’est une question dont la source remonte à la fin du 19e siècle lorsque naît, en Haute-Autriche, Adolf Hitler. Émergeant alors un potentiel destructeur de sa personne et de sa notoriété, nous pouvons difficilement imaginer le sort qu’il nous aurait réservé s’il avait remporté la seconde guerre.

Des hypothèses menées par la série Le Maître du Haut Château m’ont ainsi donné des pistes de réflexion et d’imagination pour faire le tour de cette question. Source d’une autre réalité, cette question concerne tout le monde et fait un parallèle à notre histoire, c’est pourquoi j’y ai consacré un peu de mon temps pour cultiver votre esprit.

Parenthèse importante, ce film met en avant le pouvoir destructeur de l’endoctrinement et ses conséquences. Dans ce contexte, la doctrine imaginée résulte d’actes de soumission sans possibilité d’avoir recours à l’esprit critique et même parfois à la raison. Cet article fut écrit dans un but narratif et imaginatif. Je n’ai ainsi pas eu recours à l’apologie et n’avais rien à défendre sur tout ce qui entoure l’opposition à la démocratie ou aux droits individuels. Sur ce, merci de ne pas avoir douté des intentions de cet article.

Bon visionnement.

css.php